BFM Business

Cette start-up veut transformer les vieilles voitures en électrique flambant neuve

La start-up Ian Motion veut transformer de vieilles voitures en voitures électriques.

La start-up Ian Motion veut transformer de vieilles voitures en voitures électriques. - Ian Motion

Fondée par quatre ingénieurs automobiles férus d’environnement, la start-up Ian Motion veut redonner une seconde jeunesse aux vieilles voitures qui dorment dans les garages, en les transformant en voiture électrique.

Prenez une Austin Mini, une vraie, une authentique de 1989. Enlevez-lui son moteur quatre cylindres 1.0, son réservoir à essence, ses trains roulants. Remplacez le tout par une batterie lithium-ion et un moteur électrique. Restaurez l’habitacle et la planche de bord, comme les pièces de carrosserie qui le nécessitent. Vous obtenez une Mini flambant neuve, au look vintage mais avec une motorisation d'avenir. C’est la recette que compte développer la société Ian Motion, d'abord sur de petits véhicules comme la Mini, et à terme sur n'importe quel modèle thermique.

Comme un Vintage Garage électrique

Cette start-up implantée dans l’Essonne a été créé en juin par quatre ingénieurs automobiles.

"Nous sommes partis d’un constat simple: de nombreuses voitures partent à la casse ou dorment dans un garage, car leur mécanique est défaillante, alors que leurs carrosserie et habitacle sont en bon état, explique Roland Schaumann, directeur de Ian Motion. Notre solution: les électrifier. C’est clairement une technologie d’avenir. Dans une approche écologique, cela évite de fabriquer un nouveau véhicule, alors qu'on dispose d'une voiture encore en état de fonctionner".

De conception technique assez simple, les petits modèles des années 80 comme la Mini sont aussi légers, un atout pour une voiture électrique. Même avec un circuit électrique et électronique plus fourni qu'à l'origine, et la batterie, le poids total de la Mini version électrique n’excède que de 30kg celui de la Mini à moteur essence.

Pour élaborer leur projet, les quatre fondateurs de Ian Motion ont conçu un prototype, sur une base de Mini, une batterie achetée à un fournisseur et un moteur de Renault Twizy 80, auquel s'ajoute un système électronique propre. Selon les spécificités techniques fournies par Renault, un Twizy 80 offre 100km d’autonomie. La Mini prototype atteindra elle les 150km d'autonomie, ce qui devrait être la moyenne pour les véhicules transformés de cette taille. 

Une addition salée

Trois écueils se posent cependant à la séduisante proposition de Ian Motion. Tout d’abord, l’homologation du nouveau véhicule, car ses caractéristiques techniques ne sont pas identiques après transformation.

"C’est clairement un problème, mais seulement en France, précise Roland Schaumann. Si nous devons homologuer véhicule après véhicule, ce sera très compliqué. De plus, pour certains véhicules comme l'Austin Mini, le constructeur n’existe plus, impossible donc de bénéficier de son aide".

Mais Roland Schaumann ne voit pas ces difficultés comme un frein à son business, tablant sur un développement à l’étranger. Deuxième problème: le prix. La fourchette haute anticipe 40.000 euros de transformation, homologation comprise, même si les dirigeants de Ian Motion pensent que le tarif final sera en réalité beaucoup plus bas.

"Ce prix comprend également un intérieur neuf, un travail de carrosserie, poursuit Roland Schaumann. Prenons aussi en compte que le coût de la restauration ne s’ajoute qu’aux coûts de production d’un moteur et d’une batterie".

Pas pour les collectionneurs

Troisième problème: les amateurs de voiture de collection ne vont pas forcément apprécier. Les plus gros modèles ne peuvent pas encore aujourd’hui être transformés, faute de batterie avec suffisamment d'autonomie. Roland Schaumann l'admet volontiers: Ian Motion ne cible clairement pas ce public de collectionneur.

La société s’est déjà rapprochée de fournisseurs de batteries et de motorisations électriques. Le gros du travail des quatre fondateurs sera surtout l’adaptation à chaque modèle du système électrique et la validation de ce travail d’adaptation. Une levée de fonds sera lancée en novembre, après la présentation fin octobre du prototype de Mini électrique. Ian Motion espère transformer une cinquantaine de véhicules par an, avec de premières livraisons fin 2017. A côté de la Mini, les Peugeot 205 ou Renault 5 sont de bonnes candidates à la transformation.

Pauline Ducamp