BFM Business

Defender, Mini, Coccinelle... ces modèles renaissent avec l'électrique

Ces grands noms de l'automobile s'offrent une seconde jeunesse en adoptant une motorisation électrique. Revue des troupes à Francfort avec trois exemples du genre.

L'électrique, c'est la grande tendance du salon automobile de Francfort cette année. Au programme: de nouveaux modèles, comme la Volkswagen ID3, mais également de grands noms bien connus qui se convertissent pour survivre... et s'offrent ainsi une seconde jeunesse.

Land Rover Defender: bientôt en hybride rechargeable

C'est sans doute la renaissance la plus attendue de ce salon de Francfort. En 2016, l'arrêt de la production du Land Rover Defender avait plongé dans la tristesse de nombreux amateurs de ce baroudeur mythique né en 1948. 

Trois ans plus tard, il fait donc son grand retour dans une version profondément modernisée par la marque britannique. Tout en faisant référence à son ancêtre, le design prend des accents futuristes, notamment au niveau des optiques et de l'intérieur, avec un écran tactile 10 pouces. Mais ce Defender nouvelle génération rend aussi hommage à son glorieux passé en conservant ses lignes cubiques, le capot bombé, ou encore des lucarnes latérales sur le toit. 

Avec son nouveau look, ce Defender se la joue baroudeur du futur.
Avec son nouveau look, ce Defender se la joue baroudeur du futur. © Land Rover

Il sera lancé avec deux moteurs diesel (200 et 240 chevaux) et deux essence (300 et 400 chevaux), avec des livraisons qui débuteront au printemps 2020. Mais surtout, une version hybride rechargeable est déjà prévue dans le courant de l'année prochaine. De quoi promettre une consommation plus sobre et un mode zéro émission afin de pouvoir continuer à passer des terrains les plus accidentés aux centres-villes des grandes métropoles, de plus en plus fermés aux voitures thermiques.

Mini Cooper SE: conversion en toute discrétion

Toujours dans un style très britannique, la célèbre Mini passe aussi à l'électrique. Cette version "Cooper SE" reprend le look de la citadine moderne depuis le rachat par BMW. Hormis sa calandre fermée et un logo en forme de prise électrique sur les côtés, peu d'éléments permettent de la distinguer des Mini avec un moteur thermique sous le capot. Mais c'est justement le but: ne pas bousculer les codes d'un modèle à succès pour séduire le plus grand nombre.

La "Cooper SE", première Mini électrique.
La "Cooper SE", première Mini électrique. © Mini

Cette Cooper SE dispose d'une batterie de 32 kWh, offrant 270 kilomètres d'autonomie, mais Mini pourrait proposer des versions plus endurantes. Alors que la marque fête cette année ses 60 ans, sa conversion à l'électrique marque une nouvelle étape dans son histoire. 

e-Coccinelle: Volkswagen se met au rétrofit

C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures confitures... un constat qui vaut aussi pour les voitures électriques si on en croit les adeptes du rétrofit. Cette pratique, qui se cherche actuellement un cadre légal en France, consiste à transformer une voiture ancienne en véhicule électrique.

Et Volkswagen vient justement de se lancer. En partenariat avec l'entreprise eClassics, qui réalise la conversion d'anciennes Coccinelle, le constructeur allemand fournit les pièces neuves nécessaires comme le moteur électrique de 82 chevaux et la batterie de 36,8 kWh, de quoi offrir jusqu'à 200 kilomètres d'autonomie.

Volkswagen fournit le moteur et la batterie pour électrifier des anciennes Coccinelle.
Volkswagen fournit le moteur et la batterie pour électrifier des anciennes Coccinelle. © Volkswagen

Une fois convertie, la e-Coccinelle pèse 1280 kg sur la balance, contre 660 à 800 kg. Cette prise de poids vient de l'ajout de la grande batterie, comme d'un châssis et de freins renforcés. 

La version présentée à Francfort jusqu'au 22 septembre est proche d'une version définitive, explique Volkswagen. Il faut en revanche compter sur un budget non-négligeable: 39.990 euros pour la plate-forme incluant batterie et moteur, 10.000 euros pour une carrosserie (si n'avez pas une ancienne Cox sous la main). Il faudra ensuite réaliser l'assemblage soit même, explique un article de Clubic, qui précise qu'il faudra compter 99.000 euros pour une version clé en main. 

Le port de recharge caché derrière le phare arrière droit, détail amusant sur cette e-Beetle.
Le port de recharge caché derrière le phare arrière droit, détail amusant sur cette e-Beetle. © Volkswagen

Pour les adeptes du rétrofit, l'idée est aussi de réutiliser un véhicule existant pour éviter d'en produire un nouveau. C'est que nous expliquait récemment la start-up française Ian Motion, au moment de tester leur prototype d'une Mini, ancienne version, électrifiée.

Julien Bonnet