BFM Business

La Haute-Marne, premier département à repasser aux 90 km/h

Le président du conseil départemental de Haute-Marne estime que le passage à 80km/h n'a pas démontré son efficacité. 200 km de routes vont repasser à une limitation à 90 km/h.

La Haute-Marne renonce en partie aux 80km/h. Le département de la région Grand Est devient ainsi le premier à repasser à une limitation à 90km/h certaines routes départementales. Des routes à double-sens de circulation et sans séparateur central, celles qui sont concernées par la loi controversée qui s'applique depuis maintenant un an et demi.

Au total, ce sont 15 départementales qui vont donc de nouveau changer de panneaux à partir de ce jeudi 9 janvier. A terme, ce seront 500 km de routes qui repasseront à 90km/h sur les 3600 que compte la Haute-Marne. Les axes nationaux de la même configuration (double-sens et pas de séparateur), qui relèvent de la compétence de l'Etat, ne sont elles pas concernées par cette mesure.

"C'est surtout la grande vitesse qui cause les accidents"

Le président LR du conseil départemental, Nicolas Lacroix, n'a pas attendu l'avis consultatif de la commission départementale de sécurité routière qui se réunissait ce mercredi à Chaumont pour annoncer sa décision, et rappelle avoir remis à l'administration le rapport d'accidentologie obligatoire, précise l'AFP.

Nicolas Lacroix juge que la réduction à 80km/h n'a pas démontré son efficacité:

"C'est surtout la grande vitesse qui cause les accidents et non pas la vitesse à 80 ou à 90, ça en tout cas beaucoup d'experts ne sont pas en mesure de le prouver", explique-t-il.

Le coût de ce retour partiel à 90km/h est estimé à 100.000 euros. "Cet investissement va durer longtemps et ne pèse pas grand chose par rapport aux 30 millions d'euros de notre budget voirie, pour beaucoup consacré à l'entretien des routes", a indiqué Nicolas Lacroix à l'AFP.

50 départements prêts à repasser à 90 

Le président du conseil départemental se défend également d'avoir pris une décision populiste dans un département où le mouvement des "gilets jaunes" avaient été particulièrement actif:

"Ici, la voiture c'est la vie. Perdre son permis, c'est risquer de perdre son emploi", justifie-t-il.

Reste cependant le problème d'une règle des 80km/h sur les voies à double-sens et sans séparateur qui risque désormais de comporter de nombreuses exceptions. Il faudra donc vraiment surveiller les panneaux, la limitation n'étant plus vraiment liée à la typologie de la route empruntée. Au total, près de 50 départements français ont prévu de repasser certaines routes à 90km/h.

Julien Bonnet