BFM Auto

La DeLorean DMC-12 de Marty McFly

Bide commercial, la DeLorean est devenue un mythe automobile grâce au film Retour vers le Futur.

Bide commercial, la DeLorean est devenue un mythe automobile grâce au film Retour vers le Futur. - DeLorean

Pour retourner dans le futur, rien de mieux qu’une voiture qui incarne le futur. La DeLorean en revient même, puisqu’une nouvelle version sera relancée l'année prochaine.

"Là où on va, on n’a pas besoin de route!" Mais ce n’est pas parce qu’on n’a pas besoin de route, qu’on n'a pas besoin de voiture, n’est-ce pas Doc et Marty McFly ? Pour parcourir le temps dans Retour vers le Futur, réalisé en 1985 par Robert Zemeckis, Micheal J. Fox (Marty McFly) et le Doc (Christopher Lloyd) ne choisissent pas n’importe quelle monture. "Quitte à voyager à travers le temps avec une voiture, autant qu’elle ait de la gueule!" Ce sera donc au volant d’une DeLorean DMC-12, un modèle qui appartient pourtant déjà au passé.

Un tout nouveau constructeur

La carrière médiatique de la DeLorean sera en effet beaucoup plus longue que sa carrière commerciale. La marque a été fondée en 1975 par John Zachary DeLorean, ancien vice-président de General Motors, et quelques autres ingénieurs venus des grandes marques de Détroit (Michigan, Etats-Unis). Un premier prototype de la DMC-12 est dévoilé en mars 1976. Ce sera l’unique modèle produit par DeLorean.

Dès le départ, la ligne imaginée par le maitre Giorgetto Giugiaro impressionne: le style s’inscrit parfaitement dans son époque, avec un modèle très plat, des portes papillon, 4,21 mètres de long pour 1,85 de large. DeLorean veut introduire les toutes dernières technologies automobiles: le moteur rotatif Wankel, une carrosserie en composite. C’est finalement un V6 en partie d’origine française (Peugeot-Renault-Volvo) en position centrale arrière de 130ch qui animera le DMC-12, associé à une boite de vitesses conçue par Renault. En effet, DeLorean abandonne petit à petit ses idées révolutionnaires, car très rapidement, dans les années de développement, des problèmes techniques se posent. C’est en faisant appel à un autre maitre, Colin Chapman, que DeLorean va en partie les résoudre. Le châssis dérivera ainsi de la Lotus Esprit.

Seuls 9500 exemplaires de la DeLorean ont été produits entre 191 et fin 1982.
Seuls 9500 exemplaires de la DeLorean ont été produits entre 191 et fin 1982. © DeLorean

Une carrière cinématographique plus longue que la carrière commerciale

De l’extérieur, rien ne filtre cependant, John Zachary DeLorean manie à fond la communication, en annonçant en 1977 la production en 1981. Des publicités très chics anticipent dès 1980 l’arrivée sur le marché de la DMC-12: on promet même une version dorée, que sept clients commanderont. Trois seulement seront produites: au lieu d’une carrosserie en acier inoxydable brossé et inox, sans peinture ni vernis, les portières les flancs le capot sont plaqués d’or 24 carats.

La première voiture est produite le 21 janvier 1981, dans une usine flambant neuve à Dunmury, en Irlande du Nord. Le constructeur ne tient cependant pas le choc longtemps: au total, seuls 9500 exemplaires sont produits, commercialisés autour de 25.000 dollars, contre 12.000 initialement prévu, d’où le nom de DMC-12.

La production s’arrête fin 1982. John Z. DeLorean connait des ennuis avec la justice: il est arrêté pour trafic de stupéfiants, alors qu’il essaie de sauver financièrement le constructeur, fortement endetté. Retour vers le Futur colle bien à la DeLorean, un modèle qui se voulait révolutionnaire, dans sa conception comme dans son marketing. Le film lui a donné surtout sa dimension de mythe, les exemplaires de collection s’arrachent. Et le mythe vit toujours aujourd'hui, trente ans plus tard. DeLorean compte reproduire la mythique DMC-12 l’an prochain.

Demain: L'Austin Mini Cooper de Braquage à l'italienne

Pauline Ducamp