BFM Business

Essai - XC40 Recharge T5, quand Volvo passe son SUV best-seller à l’hybride rechargeable

Le XC40 est disponible en version hybride rechargeable

Le XC40 est disponible en version hybride rechargeable - Antoine Larigaudrie

Volvo met au régime hybride rechargeable son SUV best-seller, le XC40. Simple prétexte pour satisfaire aux réglementations antipollution, ou vrai plus? Réponse dans notre essai.

On n’arrête plus Volvo sur le terrain des motorisations propres. C’est même le principal défi d’innovation que le constructeur suédois (chapeauté par le géant chinois Geely) s’est fixé depuis dix ans. A tel point que l’arrivée de modèles électrifiés, de plus en plus performants et utilisables, a considérablement modifié le mix-énergie de la marque, auparavant très dépendant du diesel.

"Sur 2019, nous avons passé le cap historique des 20.000 voitures vendues sur le marché français, explique Yves Pasquier-Desvignes, le président de Volvo Car France. Et c’est en grande partie grâce à nos modèles hybrides rechargeables, qui représentent désormais 21% des commandes totales. On est même à 30% pour le SUV XC60 et 59% pour le navire-amiral du groupe, le XC90!"

Un tiers des commandes en hybride cette année

Mais pour être sûr de remplir ses objectifs stratégiques, soit réaliser 50% de commandes en véhicules électrifiés à horizon 2025, Volvo a dû muscler sa gamme. Le constructeur suédois a donc lancé cette année son best-seller, le XC40, en hybride rechargeable. Son nom: XC40 Recharge T5.

Le XC40
Le XC40 © Antoine Larigaudrie

Elu "Voiture de l’année 2018", le "petit" SUV de la gamme (4,42 mètres de long) s’est vendu l’an dernier à 85.000 exemplaires à travers le monde, un dynamisme sur lequel Volvo compte bien s'appuyer.

"34% des commandes pour le XC40 sont désormais passées pour la version Recharge T5", précise Yves Pasquier-Desvignes, illustrant bien l’attente autour de ce modèle particulier.

Sur le plan visuel, aucune différence entre ce XC40 hybride et les versions thermiques, hormis la petite trappe à l’avant-gauche cachant les prises de recharge. Les équipements sont aussi communs au modèle d’origine: design très soigné, à la fois futuriste et d’aspect robuste, intérieur premium de premier ordre, très sobre (peut-être un peu trop?) mais de très grande qualité, avec de très jolis sièges à l’aspect léger. Une hi-fi Harmann-Kardon, nous révèle réellement un engin premium, tenant très largement la comparaison avec le haut de gamme allemand.

Le bon point: du caractère sur la route, notamment en électrique

Sur la route, le XC40 Recharge T5 excelle en mode 100% électrique. Mode de conduite parfait pour les trajets urbains, il se révèle à la fois silencieux, vif et précis, avec une accélération bien calibrée et une grande souplesse d’utilisation. Six heures de recharge sur une prise de courant domestique 220V suffisent à faire le "plein", garantissant une autonomie d’une quarantaine de kilomètres. Un chiffre très honorable et tout à fait dans la moyenne du segment.

Derrière le volant, les compteurs numériques de ce XC40.
Derrière le volant, les compteurs numériques de ce XC40. © Antoine Larigaudrie

En revanche, en mode hybride, l’engin révèle un vrai caractère, assez inattendu! Au ronronnement sympathique du gros moteur trois cylindres (1477cm3) se superpose le sifflement joyeux du turbo, le tout assisté par le léger bruit du moteur électrique… L’ensemble du groupe propulseur, d’une puissance de 264 chevaux en cumulé, démontre un vrai caractère dynamique et enjoué.

Bien sûr, pas question d'évoquer une conduite vraiment sportive. L’équilibre des suspensions est plutôt typé confort moelleux, et la gestion électronique limite la poussée. Mais les mises en vitesse et les accélérations sont très gratifiantes, tranchant avec le côté supposé sobre et sérieux de ce XC40. Une très bonne surprise, et une vraie plus-value plaisir ! D’ailleurs, même en mode hybride et batterie déchargée (mode où le moteur thermique est le plus sollicité), la consommation n’excèdera pas 7,4l/100 km, ce qui constitue une performance très correcte pour un engin d’1,9 tonne.

Le point noir : une traction et pas de transmission intégrale

Quelques petites réserves, alors que la plupart des constructeurs profitent du passage au PHEV pour doter leurs modèles de transmission intégrale, Volvo a fait le choix de laisser son XC40 hybride en traction avant. Choix curieux, mais pas vraiment décisif, tant le XC40 est destiné à un usage plutôt urbain. A noter aussi le freinage, d’un toucher un peu inhabituel et légèrement irrégulier, qui demande un petit temps d’adaptation, notamment parce qu’il prend en compte la récupération d’énergie pour la batterie. D’où l’impression d’un freinage à deux vitesse. Hormis cela, on dispose d’un SUV doté d’un solide caractère, gage d’un vrai plaisir de conduite, assez rare pour la catégorie.

A quel prix? Un petit SUV à plus de 50.000 euros

Le prix du XC40 reste relativement élevé, à 50.400 euros sur notre modèle d’essai en finition R-Design. Et avec un prix de départ à 49.450 euros, pour une version XC40 Recharge équipé d’un moteur un peu moins puissant, le T4, à 211 chevaux de puissance cumulée. Ce modèle d'entrée de gamme passerait ainsi tout juste sous le plafond de 50.000 euros permettant de bénéficier du nouveau bonus de 2000 euros sur les hybrides rechargeables. Mais son autonomie zéro émission est inférieure à 50 km, ce qui l'exclut de ce dispositif.

Ce tarif reste cependant dans la fourchette de ces concurrents directs du segment premium, sur un segment qui va s’étoffer cette année. BMW lance en effet le X1 en version hybride rechargeable, Audi doit aussi proposer une version hybride rechargeable du Q3.

La gamme XC40 évoluera encore d’ici l’automne. Volvo sortira même une version 100% électrique, le Recharge P8 4x4, basé sur l’architecture du SUV Polestar 2, la marque de luxe cousine de Volvo. Nettement plus chère, autour des 60.000 euros, elle n’en constituera pas moins un nouvel étage important de la fusée en vue de l’électrification générale de la gamme du constructeur.

Antoine Larigaudrie