BFM Auto

Elle n’a besoin de personne, la voiture autonome

La voiture autonome n'a besoin de personne, et c'est le patron du projet chez Google qui le dit.

La voiture autonome n'a besoin de personne, et c'est le patron du projet chez Google qui le dit. - Flickr - ALAN

C’est le patron de division voiture autonome de Google qui le dit. Un véhicule sans chauffeur doit avant tout compter sur lui-même pour se déplacer. Pas sur les autres voitures, pas sur l’infrastructure, et surtout pas sur les humains.

La voiture autonome, voiture connectée, c’est souvent le cas, mais ce n’est pas nécessaire. Et c’est John Krafcik qui le dit. Le directeur général du projet voiture autonome de Google a donné quelques précisions sur le fonctionnement d’une voiture autonome lors d’une conférence aux Etats-Unis. Contrairement à beaucoup de projets en cours, qui veulent faire communiquer les voitures autonomes entre elles ou encore avec les infrastructures (feux, panneaux etc), John Krafcik soutient que la voiture doit pouvoir se déplacer par elle-même, sans aide extérieure. 

Se débrouiller par soi-même

"Nous ne sommes absolument pas dépendants de l’infrastructure extérieure pour parcourir le monde, explique John Krafcik. Nous adorons l’idée d’une communication entre véhicules (V2V, vehicle to vehicle) ou avec l’extérieur (V2X, vehicle to infrastructure), mais nous ne comptons absolument pas sur ça. Vous ne pouvez pas avoir de voiture réellement autonome si vous êtes dépendant du V2V ou du V2X, car il faudra attendre encore longtemps avant que ces technologies ne soient disponibles". 

Des questions de sécurité se posent également. Une voiture autonome doit pouvoir se reposer sur une information jugée 100% fiable pour prendre une décision, ce qui n'est pas évident dans un système collaboratif entre véhicules par exemple.

P. Ducamp