BFM Business

Comment les sociétés de free-floating brident la vitesse des trottinettes électriques à Paris

Pour éviter les accidents, la vitesse des trottinettes électriques est limitée à 10 km/h dès ce lundi dans 700 zones à forte pression piétonne. Ce bridage électronique s'effectue à distance, piloté par les loueurs.

Pratiques pour se déplacer en ville, les trottinettes sont devenus pour les piétons le fléau des mobilités douces. Vitesses excessives en circulant sur les trottoirs, elles mettent en danger les passants.

700 zones concernées par cette nouvelle limitation

Pour freiner ces pratiques dans Paris, trois opérateurs de location des trottinettes électriques dans Paris, Dott, Lime et Tier ont décidé de prendre des mesures. Dès ce lundi 15 novembre, leurs engins seront bridés à 10 km/h dans plus de 700 zones de la capitale (voir la carte ci-dessous). En entrant dans ces espaces, les trottinettes ralentiront automatiquement.

Dans un communiqué commun, les loueurs précisent que les zones concernées sont "des lieux à forte pression piétonne comme les parcs, jardins, rues aux écoles, parvis de mairies, lieux de culte, rues piétonnes ou très commerçantes". Ils ajoutent que ces zones "pourront être ajustées à la marge, selon les besoins locaux, communiquées par la Mairie de Paris et les mairies d'arrondissement".
La carte des 700 zones concernées à Paris par la limitation de la vitesse à 10km/h.
La carte des 700 zones concernées à Paris par la limitation de la vitesse à 10km/h. © BFM Paris

Un bridage automatique par géolocalisation

Ce bridage ne demande pas d’opérations physiques des opérateurs sur leurs flottes de trottinettes. Il s'effectue à distance, en utilisant la géolocalisation des véhicules. Concrètement, la trottinette verra automatiquement sa vitesse limitée à l’entrée des zones ciblées par la Mairie par cette nouvelle réglementation. Ce qui suscite certaines interrogations de la part des usagers. La vitesse va-t-elle baisser d'un coup? Les usagers seront-ils prévenus de l'entrée dans l'une des zones à faible vitesse?

"Le système de géolocalisation, précis, repère quand une trottinette entre dans une zone à forte densité piétonne et la ralentit à distance pour atteindre les 10km/h", nous explique un porte-parole de Lime. La trottinette ne devrait pas changer de vitesse brutalement?

"Toutes les zones sont visibles dans l'application et l'utilisateur peut les consulter en préparant son itinéraire, poursuit ce porte-parole. L'utilisateur a ainsi la possibilité de les éviter s'il le souhaite. Cela reporte ainsi le trafic sur des zones à 20km/h qui sont souvent des rues plus larges, avec des pistes cyclables et permet à l'usager d'être plus en sécurité".

A noter que les trottinettes des particuliers ne sont pas concernées par ce bridage automatique géographique.

Un "premier pas insuffisant" pour la Mairie de Paris

Pour David Belliard, l'adjoint en charge des mobilités à Paris, le bridage à 10 km/h dans certaines zones reste cependant un "premier pas insuffisant".

"Le compte n'y est pas encore, le travail doit continuer", estime David Belliard qui rappelle que la pratique de la trottinette a provoqué des accidents dont un mortel dans Paris.

Des concertations sont menées dans chaque arrondissements pour établir une carte des "slow zones" dans chaque quartier. Ce plan sera soumis aux opérateurs "dans quelques semaines". Dès l'été dernier, une dizaine de zones avait vu la vitesse réduite à 10km/h,

Hors de ces zones, les trottinettes pourront circuler à une vitesse maximum de 25 km/h maximum, comme celle fixée pour les vélos à assistance électrique. Le dépassement de cette limite expose à une amende pouvant atteindre 1500 euros indique la Mairie de Paris sur son site.

Selon le baromètre de la Fédération des professionnels de la micromobilité, les ventes de trottinettes électriques ont dépassé pour la 2ème année celles des vélos électriques avec plus de 2 millions de "trotteurs".

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco