BFM Business

Coronavirus: les prix des carburants toujours à la baisse en France

Les prix continuent de baisser dans les stations-services.

Les prix continuent de baisser dans les stations-services. - REMY GABALDA / AFP

Les prix du gazole comme du sans-plomb 95-E10 ont enregistré une nouvelle baisse, très légère, la semaine dernière. Un récent accord des pays producteurs doit enrayer cette chute continue des prix depuis le début de l’année.

Les prix des carburants ont poursuivi leur baisse la semaine dernière dans les stations-services françaises. Selon les derniers chiffres publiés ce mardi par le ministère de la Transition écologique et solidaire, le prix du litre de gazole enregistre une très légère baisse, s’affichant désormais en moyenne à 1,2223 euro le litre (prix arrêté au 10 avril), soit presque un centime de moins que la semaine précédente (1,2310 euro).

Le litre de sans-plomb 95-E10 baisse également, d’un peu plus d’un centime. Il se vend en moyenne 1,2607 euro le litre, contre 1,2725 euro la semaine précédente.

Si la baisse se fait moins prononcée que les semaines précédentes, l’épidémie de coronavirus et le ralentissement économique qui en est la conséquence ont entraîné depuis trois mois une chute de près de 26 centimes le litre des prix à la pompe, gazole comme sans-plomb 95-E10. Et dans le détail, certaines stations-services affichent des prix encore plus bas.

1,124 euro le litre de gazole dans certaines stations

Ainsi, selon des données du comparateur en ligne Essence&Co, le prix du gazole le moins cher en France métropolitaine atteint 1,124 euro le litre dans la commune de Le Houlme, en Seine-Maritime. Selon le même site, le prix du sans-plomb 95-E10 le moins cher se trouve lui en Bretagne, à Saint-Pol-de-Léon (Finistère) à 1,124 euro le litre. Soit près de 10 centimes de moins que les moyennes communiquées par le ministère.

Ces prix bas vont-ils durer jusqu’au déconfinement et par la suite? Certains observateurs commencent à en douter, du moins à ces niveaux. Ce week-end, les pays producteurs de pétrole ont trouvé un accord pour réduire la production mondiale et donc faire remonter les cours.

Pauline Ducamp