BFM Auto

Comment différencier une Maserati Ghibli d'une Quattroporte

-

- - A gauche une Ghibli, à droite une Quattroporte... à moins que ce soit l'inverse? On vous explique comment les différencier en un coup d’œil

Sur le stand Maserati du Mondial,nous avions suivi un cours pour apprendre à différencier (facilement) une Ghibli d'une Quattroporte. Suivez le guide.

Si vous êtes passé du côté du stand Maserati au Mondial de l'auto, vous avez peut-être eu un peu de mal à différencier les dernières versions des Ghibli et Quattroporte. Pourtant, il y a quelques astuces pour distinguer rapidement la berline d'entrée de gamme de la limousine vaisseau amiral de la marque au trident. 

Une quatre portes et un vent égyptien

Un petit peu d'histoire tout d'abord, les premières générations de ces deux modèles sont apparues dans les années 60. C'est la Quattroporte ("quatre portes" en italien), qui a ouvert le bal en 1963. La sportive de luxe en est désormais à sa sixième génération, dévoilée en 2013, avec un petit rafraîchissement stylistique opéré cette année. La version la plus sportive, la GTS, dispose d'un V8 d'origine Ferrari de 3,8 litres de 530 chevaux.

La Ghibli, née sous la forme d'un coupé deux portes, apparaît de son côté pour la première fois au salon de Turin en 1966 et sera commercialisée l'année suivante. Elle porte le nom d'un vent d'Afrique du Nord. Ghibli est en effet l'autre nom du Sirocco (qui s'écrit aussi avec un "c" comme c'est le cas pour le modèle de Volkswagen lancé en 1974). La production de la première Ghibli cesse en 1973 et Maserati lance l'année suivante la Khamsin, puis en 1982 la Biturbo.

Sur la base de cette dernière, la Ghibli réapparaît en 1992, et la Quattroporte de quatrième génération en sera d'ailleurs la version 4 portes. Les deux modèles se confondent donc depuis longtemps. Après une parenthèse entre 1997 et 2013, la Ghibli revient pour la première fois en quatre portes (le début de notre confusion avec la Quattroporte) et avec une motorisation diesel, une première pour Maserati. La version la plus puissante SQ4 est proposée avec un V6 de 410 chevaux. 

Différence de tailles

Si au cours de leur histoire, les lignes de la Ghibli et de la Quattroporte se sont donc rapprochés, on observe une première différence dans les mensurations. La berline fait un peu moins de 5 mètres (4,971 mètres), un peu plus pour la limousine (5,260 mètres) qui est également un gros poil plus large avec 1,5 cm de plus.

Faces avant et vitres latérales se distinguent

Plus visible que ces dimensions, la face avant est déjà un meilleur indicateur. Le dessin de la calandre, la prise d'air et le dessin des phares (avec le capot qui s'arrête à leur niveau sur la Quattroporte) représentent les principales différences.

La Ghibli III en haut, la Quattroporte VI en bas
La Ghibli III en haut, la Quattroporte VI en bas © JB

On observe également une différence bien visible sur les vitres latérales arrière, avec la glace de custode (la partie fixe) bien plus importante sur la Quattroporte.

Les vitres arrières se distinguent, au niveau de la custode (la partie fixe), plus large sur la Quattroporte (en bas) que sur la Ghibli (en haut).
Les vitres arrières se distinguent, au niveau de la custode (la partie fixe), plus large sur la Quattroporte (en bas) que sur la Ghibli (en haut). © JB

A l'arrière, une histoire de becquet

On passe à l'arrière avec également un becquet légèrement plus long sur la Quattroporte.

Le becquet arrière constitue une autre différence entre la Ghibli (en haut) et la Quattroporte (ne bas).
Le becquet arrière constitue une autre différence entre la Ghibli (en haut) et la Quattroporte (ne bas). © JB

A l'arrière, on constate là encore quelques différences, au niveau des feux, de la sortie d'échappement et de l'habillage du coffre notamment.

A l'arrière d'autres différences entre Ghibli (à gauche) et Quattroporte (à droite)
A l'arrière d'autres différences entre Ghibli (à gauche) et Quattroporte (à droite) © JB

Cela ne se voit pas vraiment de l'extérieur, mais le caractère plus luxueux de la limousine se retrouve bien sûr dans le prix. Alors que la Ghibli démarre à 70.400 euros, pour la Quattroporte, il faudra au moins débourser 108.650 euros.

Julien Bonnet