BFM Business

Cette Porsche doit beaucoup à Peugeot

Cette Porsche 901 est devenu un prototype pour la future 911.

Cette Porsche 901 est devenu un prototype pour la future 911. - RM Sotheby's

A l’origine, au début des années 60, la 911 s’appelait la 901. Et puis Peugeot s’en est mêlé. Résultat: la naissance d’un mythe automobile et d'une cote impressionnante pour cette 901, un coupé presque unique, mis à l’encan le 8 février 2017 à Paris.

La Porsche 911 est une madeleine de Proust. Si au bout de six générations, elle a beaucoup évolué, la 911 reste fidèle à son ADN premier, son design, son moteur six-cylindres à plat (le fameux "flat-six") et son bruit inimitable. Une 911, c’est une 911, pas besoin de s’y connaitre vraiment pour la reconnaître. Mais l’histoire aurait pu être bien différente, si la 911 s’était comme prévue appelée la 901...

Présentation officielle au Salon de Paris 1964

Seuls 13 exemplaires de cette 901 cabriolet ont été produits. Il n'en reste aujourd'hui plus que 2 en circulation.
Seuls 13 exemplaires de cette 901 cabriolet ont été produits. Il n'en reste aujourd'hui plus que 2 en circulation. © RM Sotheby's

Dans les années 50, les Porsche portent déjà des noms sous forme de chiffre. La plus connue est bien entendu la 356, les Formule 1 sont elles estampillées de numéro en 800. Au début des années 60, Porsche planche sur la remplaçante de la 356.

En septembre 1963, au salon automobile de Francfort (Allemagne), le constructeur dévoile un petit coupé à moteur arrière, la 901 (même si les voitures présentées sur le salon allemand ne sont que des prototypes, sans moteur et avec seulement deux cadrans au tableau des compte-tours). Gros phares ronds, allure qui rappelle la 356, officiellement sur le catalogue un flat-six 2 litres de 130 chevaux, le petit coupé a tout pour plaire. Si bien que Porsche confirme en 1964, au 51e Salon automobile de Paris. Ce qui ne fût pas du goût de Peugeot...

Ce modèle particulier, dont la carrosserie a été réalisée par Karmann,  pourrait être adjugé aux alentours d'un million d'euros.
Ce modèle particulier, dont la carrosserie a été réalisée par Karmann, pourrait être adjugé aux alentours d'un million d'euros. © RM Sotheby's

Un refus de Peugeot et la 911 est née

Le constructeur français commercialise depuis les années 50 des modèles dont le nom est un chiffre avec un "0" au milieu. Et s’oppose donc à la sortie de la 901 sous ce patronyme: Peugeot a déposé les noms de modèles avec un "0" au milieu. Porsche produit pourtant environ 80 coupés 901, mais doit ensuite changer le nom de son coupé en… 911, une décision prise début novembre 1964.

Les 901 ne seront elles jamais vendues à des particuliers, reconverties alors en prototype de tests. Comme celle-ci, mise aux enchères par la maison RM Sotheby’s le 8 février prochain à Paris. Cette version cabriolet porte le numéro de châssis 13360. Des 13 produites, elle est l’une des deux restantes. Cette décapotable est donc un modèle inédit à plusieurs titres, d’où le prix attendu lors de sa mise aux enchères: la 901 pourrait être adjugée aux environs d’un million d’euros.

Pauline Ducamp