BFM Business

CARTE - Votre département a-t-il prévu de revenir aux 90km/h?

BFM Auto

CARTE. Nombreux à demander un assouplissement de la limitation de vitesse à 80km/h, les présidents de conseils départementaux ne sont pas si nombreux pour le moment à avoir engagé le retour à 90km/h un mois et demi après l'adoption de la mesure.

Depuis la promulgation de la Loi d’Orientation sur les Mobilités (LOM) le 26 décembre, les présidents de département ont désormais la main pour relever la vitesse à 90km/h. Mais s’ils étaient nombreux à approuver cet assouplissement de la règle des 80km/h, dans les faits, peu de présidents de conseils départementaux ont déjà pris un arrêté en conséquence.

23 départements seulement à 90km/h

Ainsi, selon des dernières données compilées par la Ligue de Défense des Conducteurs (LDC), vingt-trois départements sont déjà revenus à 90 km/h sur tout ou partie de leur réseau. Une petite dizaine a également manifesté l'intention de relever la vitesse. C'est moitié moins que les premières intentions que nous avions recensées au printemps à l’annonce de l’assouplissement de la réglementation.

Parmi les premiers à repasser à la limitation des 90 km/h, on peut citer la Haute-Marne, la Charente, les Deux-Sèvres, la Côte-d’Or ou encore la Seine-et-Marne, autant de départements dont les présidents s’étaient montré très véhéments lors des discussions sur l’assouplissement avec le gouvernement. Le dernier département en date est l'Aveyron qui a annoncé ce lundi 9 février selon La Dépêche du Midi que près de 900 kilomètres de route repasseront à 90km/h au mois de juin.

Le nombre de kilomètres de routes concernés varie cependant d’un département à l’autre. Dans le Bas-Rhin, seuls 54 kilomètres verront leur vitesse relevée de 10km/h, contre plus de 4000 dans le Cantal, soit la majorité des routes qui étaient auparavant limitées à 90km/h.

Plus d'un tiers des départements a renoncé

La liste des départements qui resteront à 80 s’est elle aussi allongée. En mai dernier, seules les Ardennes avaient annoncé conserver la nouvelle limitation de vitesse. Huit mois plus tard, 38 départements ont laissé tomber un éventuel retour en arrière, selon les réponses obtenues par la LDC, ce qui représente un gros tiers (39%) des départements de la métropole. 34% des conseils départementaux n'ont également pas encore donné leur avis sur le sujet.

Si les conditions financières du retour aux 90 sont évoquées, c'est plutôt la pression de l'Etat qui semble avoir dissuadé les présidents de prendre un arrêté. Une circulaire envoyée fin janvier aux préfets renvoie notamment aux conditions drastiques énoncées pour repasser à 90km/h. Ce qui aurait refroidi certains présidents de département.

"Le 90, dans certains cas, on peut le faire"

Ce mardi, le délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe expliquait que "334 vies" avaient été épargnées depuis le 1er juillet 2018, date d’entrée en vigueur des 80km/h. Le délégué reconnait cependant qu’un assouplissement est possible.

"En tant que tel, le 90, dans certains cas, on peut le faire, cela n’augmente pas le risque, expliquait ce mardi matin sur BFMTV Emmanuel Barbe. Si je pose les attendus de la décision qui sont simples: on a perdu en passant à 80km/h une seconde par kilomètre. Quand on remonte les vitesses, on regagne une seconde par kilomètre. C’est peu de temps. On doit dépenser de l’argent car il faut reposer des panneaux et surtout on augmente le risque. J’espère que ce risque ne se révélera pas, mais c’est une décision qui de mon point de vue à la sécurité routière est un peu surprenante, parce que c’est accepté d’augmenter le risque".
  • Aveyron
  • Bas-Rhin
  • Calvados
  • Cantal
  • Charente
  • Corrèze
  • Côte-d’Or
  • Creuse
  • Deux-Sèvres
  • Dordogne
  • Essonne
  • Haute-Marne
  • Hautes-Pyrénées
  • Hérault
  • Indre
  • Indre-et-Loire
  • Jura
  • Loir-et-Cher
  • Loiret
  • Maine-et-Loire
  • Orne
  • Sarthe
  • Seine-et-Marne
Julien Bonnet, Pauline Ducamp et Louis Tanca