BFM Alsace
Alsace

Haut-Rhin: face à la baisse du niveau des cours d'eau, des opérations de sauvetage des poissons

Compte tenu du déficit pluviométrique et de l'appauvrissement des cours d'eau, les espèces risquent une mort certaine. Les truites baignant dans la Thur peuvent, elle, compter sur une intervention humaine.

Épuisette à la main et bottes aux pieds, François Froehly pénètre lentement dans la Thur. L'œil attentif, il cherche à repérer les truites vivant dans cette rivière du Haut-Rhin, qui vient se jeter dans l'Ill.

Il ne s'agit pas d'une technique de pêche artisanale. C'est tout le contraire. Le bénévole, membre de l'Association agréée de pêche et de protection des milieux aquatiques, donne de son temps pour les sauver.

"On prend les endroits où le poisson est coincé, explique François Froehly au micro de BFM Alsace. C'est-à-dire qu'il ne peut plus filer vers le haut et il ne peut plus filer vers le bas."

Car les truites de la Thur sont en danger. Comme la Scheer ou l'Andlau, la rivière affiche un niveau particulièrement bas. Si bien qu'elle accuse un manque de 30 cm d'eau. En cause: le déficit pluviométrique et la sécheresse qui s'ensuit.

Dans le Bas-Rhin, les rivières sont à sec.
Dans le Bas-Rhin, les rivières sont à sec. © BFM Alsace

Les bénévoles s'affairent

"On est sûrs que si le climat continue comme maintenant, (les poissons) vont se retrouver à sec." Et ils mourront. "Donc, on anticipe."

Une fois dans les filets de l'épuisette, les poissons sont placés dans un sceau puis transférés là où le niveau de la Thur est plus élevé.

Ces opérations de sauvetage n'ont rien d'une nouveauté. En revanche, elles n'ont jamais été si nombreuses que cet été. Depuis près d'un mois, François Froehly et les autres bénévoles se démultiplient.

"On n'a pas le choix"

"C'est un investissement en temps, concède l'homme à la casquette. Mais on n'a pas le choix, il faut le faire. Sinon, la reproduction de l'année est foutue."

"Les poissons qu'on a lâchés là, les petits, peut-être que dans trois ans, ils vont remonter le ruisseau pour aller se reproduire, imagine-t-il dans un sourire. On aura fait du bon boulot."

Grâce à leur action, François Froehly et ses compères ont déjà permis de sauver des centaines de truites d'une mort certaine. Cependant, le faible niveau des cours d'eau n'est pas la seule menace qui pèse sur les poissons. La température observée dans les rivières alsaciennes en est une autre.

En ce jour de juillet, le bénévole constate, amer, que la Thur affiche 21°C. Le seuil de 25°C, à partir duquel la température devient létale pour les poissons, se rapproche dangereusement. Les températures trop élevées entraînant une diminution de l’oxygène, ces derniers risquent d'asphyxier.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions