BFM Business

Winamax visé par des attaques informatiques

Par souci d'équité, et afin que les joueurs déconnectés ne soient pas lésés par rapport à ceux pouvant jouer, Winamax interrompt volontairement l'ensemble de ces tournois.

Par souci d'équité, et afin que les joueurs déconnectés ne soient pas lésés par rapport à ceux pouvant jouer, Winamax interrompt volontairement l'ensemble de ces tournois. - Thomas Samson - AFP

L'opérateur français de jeux en ligne a annoncé avoir été "la cible d'attaques informatiques à plusieurs reprises au cours du week-end". Il a été contraint d'interrompre les parties de poker.

L'opérateur français de jeux en ligne a été victime de malveillance au cours du week-end. "Ces actes appelés DDOS dans le jargon informatique sont malheureusement courants sur internet et sont entièrement indépendants de notre volonté. Ni la qualité des serveurs de Winamax ni la qualité de notre sécurité informatique n'est remise en cause par ces attaques", s'est expliqué l'opérateur dans un communiqué tard dimanche soir.

Winamax a toutefois assuré que ces malveillances n'avaient concerné "qu'un très faible nombre de joueurs" et n'avaient eu "aucun impact sur les fonds et les données des joueurs, qui sont entièrement sécurisés".

"Malheureusement, les tournois ne reprendront pas ce soir. Encore une fois, toutes nos excuses les plus sincères. Soirée gâchée pour nous autant que pour vous", a assuré Winamax sur Twitter, à l'attention de ses joueurs, dont certains ont affiché leur mécontentement.

"Par souci d'équité, et afin que les joueurs déconnectés ne soient pas lésés par rapport à ceux pouvant jouer, Winamax interrompt volontairement l'ensemble de ces tournois".

Winamax est une entreprise entièrement française, également partenaire de quatre clubs de football de L1 (Bordeaux, Nice, Lille et Amiens). Elle a été développée notamment par le comédien et chanteur Patrick Bruel ainsi que le fondateur du site de rencontres Meetic Marc Simoncini.

C.C. avec AFP