BFM Business

Un piratage compromet l'impression de plusieurs journaux américains

La distribution du New York Times a été perturbée par ce piratage.

La distribution du New York Times a été perturbée par ce piratage. - Ramin Talaie / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La production et l'impression de plusieurs quotidiens américains ont été perturbées par une cyberattaqe, retardant de quelques heures la livraison de leur édition du samedi.

Après les sites Web des médias, des pirates informatiques s'en prennent à leurs structures d'impression. Ce samedi 29 décembre, une attaque malveillante a retardé la distribution de plusieurs grands quotidiens américains, rapporte le New York Times

L'attaque, considérée dans un premier temps comme une simple panne de serveur, a été perpétrée à l'encontre d'un réseau d’ordinateurs de Tribune Publishing, une entreprise intégrée au processus de production et d’impression de plusieurs journaux à travers le pays.

Parmi eux, le Los Angeles Times et le San Diego Union Tribune, dont la livraison des éditions du samedi a été retardée. En parallèle, la distribution dans l'Ouest de quotidiens nationaux tels que le New York Times et le Wall Street Journal, publiés par le même imprimeur dans la région, a elle aussi été perturbée. Les abonnés touchés, dont le nombre exact n'a pas encore été estimé, ont reçu leur journal samedi matin avec plusieurs heures de retard.

L'ombre d'un rançongiciel

Concrètement, et d'après le Los Angeles Times, le problème informatique a bloqué "un certain nombre de systèmes logiciels essentiels, amenés à stocker des reportages, photographies et informations administratives", empêchant ainsi la réalisation des maquettes utilisées pour l'impression. 

Les premières analyses de l'attaque laissent augurer la piste d'une intrusion par "ransomware" (ou rançongiciel). "Nous pensons que l’intention était de mettre l’infrastructure, en particulier les serveurs, hors d’usage, plutôt que de voler des informations", déclare une source proche du dossier, citée par le LA Times. "Les données personnelles de nos abonnés, utilisateurs en ligne et clients publicitaires n'ont pas été compromises", a tenu à préciser par ailleurs Tribune Publishing

A ce stade, l'attribution de cette cyberattaque n'a pas encore été réalisée. Une source contactée par le Los Angeles Times mise néanmoins sur la responsabilité d'une "entité étrangère". "Nous sommes au courant d’informations sur une potentielle cyberattaque affectant plusieurs journaux, et nous travaillons avec notre gouvernement et partenaires dans le domaine pour mieux comprendre la situation", a affirmé, de son côté, le département à la sécurité intérieure.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech