BFM Business

Un député appelle à la fermeture partielle d'Amazon durant la crise sanitaire

Le site Amazon de Lauwin-Planque, dans le Nord.

Le site Amazon de Lauwin-Planque, dans le Nord. - Philippe HUGUEN / AFP

Info BFMTV - Le député PCF Alain Bruneel œuvre en faveur de la fermeture temporaire du site de Lauwin-Planque (Nord), dans lequel Amazon emploie 3.000 salariés. Un courrier a été adressé au ministre de l'Economie.

La mise en conformité de trois sites Amazon, pour mieux protéger les salariés contre le coronavirus, n'y change rien. Ce 9 avril, lors d'une commission aux affaires économiques organisée en visioconférence, Alain Bruneel a appelé à la fermeture partielle d'Amazon, durant la crise sanitaire. Cet appel a été renouvelé le même jour, dans un courrier directement adressé au ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

Le député PCF du Nord a spécifiquement en ligne de mire le site de Lauwin-Planque, situé dans son département. Ce dernier rassemble actuellement pas moins de 3.000 salariés.

"Dès l'entrée en vigueur du confinement, les salariés du site se sont rendus compte que les gestes barrière n’étaient pas respectés", rappelle Alain Bruneel auprès de BFM Tech. "À Lauwin-Planque en particulier, 3.000 salariés doivent chaque jour prendre le même bus pour se rendre sur le site d'Amazon. Tous empruntent les mêmes couloirs, mettent la main sur les mêmes rampes. Ce qui ne garantit pas qu'ils restent en bonne santé".

Dès le 19 mars, certains des salariés du site ont dans ces conditions exercé leur droit de retrait, balayé dans un premier temps par l'entreprise.


L'affaire a depuis fait des petits. Le 2 avril, la CGT a déposé plainte contre Amazon pour "mise en danger de la vie d'autrui". Dans une mise en demeure datée du 3 avril, la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Dirrecte) a fait état d'"une situation dangereuse" sur le site de Lauwin-Planque, après une enquête menée par une inspectrice du travail.

Parmi les autres manquements recensés, l'impossibilité de respecter les mesures barrières au "local de restauration", lors "de la manipulation des armoires-vestiaires", et sur "les lignes de production, en raison de l'absence de la désinfection régulière des postes de travail". Le 6 avril, deux salariés d'Amazon, testés positifs au Covid-19, ont témoigné auprès de la Voix du Nord. Tous deux estimaient que les règles de sécurité n'avaient pas été respectées.

Une décision attendue le 14 avril

À la suite de mises en demeure émanant de l'inspection du travail, Amazon indique s'être mis en conformité et a fait part de mesures pour respecter les gestes barrière. Mais Alain Bruneel ne s'en satisfait pas.

"Ce qui a été mis en place actuellement revient à prendre la température à l’entrée, à mettre des marquages au sol pour faire respecter la distanciation sociale et à rendre visibles des recommandations de ne pas toucher les rampes d'escalier, par exemple. Du personnel intérimaire a également été embauché pour vérifier que ces mesures soient bien respectées par le personnel. Mais les salariés ne sont toujours pas en sécurité", juge-t-il.
"Il faut désormais passer par un décret, à la manière de ce qui a été fait pour bon nombre d'entreprises françaises, pour que ce site ferme. D'autant plus que le confinement n'a rien changé au rythme de travail des salariés du site, qui reste strictement le même".

Le député dénonce par ailleurs une "incohérence" du gouvernement vis-à-vis d'Amazon, qu'il ne considère pas en tant qu'"entreprise essentielle à la vie du pays". "Pour les courses alimentaires, qui ne constituent d'ailleurs pas la partie la plus essentielle de l'activité d'Amazon, tout un chacun peut se rendre auprès d'un commerce de proximité ou recourir à des options de drive, sans avoir besoin de passer par Amazon", résume-t-il.

Pour le moment, Alain Bruneel a essuyé à deux reprises un silence de ses interlocuteurs. La délibération du Tribunal de Nanterre sur la fermeture potentielle de sites du groupe est quant à elle attendue pour ce mardi 14 avril.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech