BFM Tech

Twitter ne permettra "probablement jamais" d'éditer ses tweets, assure le patron du réseau social

Jack Dorsey, le PDG de Twitter.

Jack Dorsey, le PDG de Twitter. - Wired

Jack Dorsey, PDG de Twitter, a une nouvelle fois évoqué le sujet du très attendu bouton pour modifier les tweets après publication. Ce dernier devrait ne jamais voir le jour.

Jack Dorsey dissipe brutalement tout espoir de voir une fonctionnalité "éditer" apparaître un jour sur Twitter. Le PDG et cofondateur du réseau social a, dans une interview accordée au média américain Wired, répondu à une requête récurrente des utilisateurs de Twitter. À la question "Pourrons-nous avoir ce bouton "éditer" pour 2020?", Jack Dorsey a tout simplement rétorqué par un "La réponse est: non."

Depuis la création de Twitter, en 2006, ses utilisateurs réclament la possibilité de pouvoir modifier leurs tweets une fois publiés, notamment pour corriger de légères coquilles, réparer un oubli ou insérer le bon lien. S'il reconnaît l'utilité d'un tel outil, Jack Dorsey y voit aussi plusieurs inconvénients. 

"Probablement jamais"

Parmi eux, celui d'induire en erreur les utilisateurs du réseau, dans le cas où un contenu déjà partagé serait soudainement modifié pour prendre un sens tout autre. Le PDG de Twitter rappelle par ailleurs que la décision de ne pas mettre à disposition de bouton "éditer" tient aux racines du réseau.

"Nous étions au départ un service de SMS, de simple envoi de message", a-t-il rappelé. "Et comme vous le savez, une fois un SMS envoyé, on ne peut pas vraiment le reprendre. Nous souhaitons préserver cela [...]". D'où le fait qu'il affirme finalement qu'un outil ne verra "très probablement jamais" le jour. 

Twitter ne cesse pas pour autant d'améliorer les fonctionnalités de son réseau pour autant. Un outil pour contrôler les réponses à un tweet va être testé pour mieux lutter contre le cyberharcèlement récurrent sur la plateforme.

Il pourra prendre la forme de quatre options différentes: le fait d'empêcher purement et simplement toute réponse, celui de restreindre les réponses aux seules personnes initialement mentionnées, celui d'en limiter la possibilité aux seuls abonnés et enfin, le fait de l'élargir au plus grand nombre, ce qui est le cas par défaut. 

Depuis novembre, Twitter permet de cacher les commentaires indésirables, en les regroupant dans un onglet dédié. De quoi permettre de rassembler au même endroit les réponses nauséabondes, agressives ou propices à lancer une vague de cyberharcèlement. 

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech