BFM Tech

Téléchargement illégal : les studios d'Hollywood la main dans le sac

Des adresses IP attribuées à de grands studios ont été relevées sur les serveurs d’échanges peer-to-peer.

Des adresses IP attribuées à de grands studios ont été relevées sur les serveurs d’échanges peer-to-peer. - -

La trace d'ordinateurs de Paramount, Warner, Sony, Disney ou encore 20th Century Fox a été découverte sur des réseaux peer-to-peer, signe d'un téléchargement ou d'un partage de copies illégales de films et de séries.

Après le ministère de la Culture français il y a un an, les ordinateurs de grands studios d’Hollywood ont été tracés sur des plateformes de téléchargement. Ils pourraient donc être à l'origine d'un partage de copies illégales, parfois de leurs propres films…

Le site américain TorrentFreakReport, spécialisé sur l’actualité du partage peer-to-peer, révèle que des adresses IP attribuées à de grands studios ont été relevées sur les serveurs d’échanges peer-to-peer.

Qu’est-ce que cela veut dire ? Que même chez Paramount, Warner Bros, Sony, Disney ou 20th Century Fox, des employés profiteraient de leur ordinateur de bureau pour télécharger illégalement des films, jeux vidéo ou autres œuvres soumises au droit d’auteur.

Battleforce, NCIS... et du porno

On se doute bien que, comme beaucoup de gens, les employés de ces entreprises téléchargent eux-mêmes leur lot de copies illégales. Mais cette information fait tâche alors que depuis des années les grandes majors vouent aux gémonies les affreux pirates du net qui tuent l’industrie culturelle.

Ainsi, Battle Force, Happy feet, Hunger Games semblent être des séries fort goûtées par les employés de la Paramount, alors que les collaborateurs de la Warner Bros leur préfèrent The Expendables 2 et NCIS… Un film pornographique est aussi dans la liste.

C’est en quelque sorte la délicate situation dans laquelle s’est trouvé le ministère de la Culture en décembre 2011, lorsque des robots ont repéré la trace d’ordinateurs de la rue de Valois partageant allègrement Twilight 4 et David Guetta.

La Fox et Universal déjà repérées

Peut-on pour autant déclarer que les employés sont coupables de cet acte contrefaçon ? La preuve n’est pas formelle. La faiblesse de ce système est qu’une adresse IP, véritable carte d’identité d’un ordinateur sur le Réseau, peut être usurpée. C’est d’ailleurs l’un des principaux arguments avancés par les anti-Hadopi.

Sony, Universal et la Fox ont aussi été flashés il y a un an sur les autoroutes du téléchargement, finalement pas si mal fréquentées que ces majors ne le clament à longueur de journée.

>> Les relevés effectués par TorrentFreak :

•Disney :

•Sony :

•Warner Bros :

•20th Century Fox :

•Paramount :