BFM Business

Sur le Web, une plateforme permet de parier sur l’assassinat de Trump

Donald Trump, le 18 juillet 2018

Donald Trump, le 18 juillet 2018 - Nicholas Kamm / AFP

Quelques jours après son lancement, le protocole de prévisions Augur est déjà détourné par ses premiers utilisateurs.

Depuis plusieurs jours, un système permet aux internautes de parier en ligne, sans rémunérer la moindre entreprise tierce. Baptisé Augur, il s’appuie sur la technologie blockchain, un registre numérique qui inscrit chaque transaction passée entre deux internautes. Le principe d’Augur est simple: chacun peut parier sur n’importe quel événement dans le monde, pour peu que ce dernier soit vérifiable. Si un pari n’existe pas encore, une page permet de renseigner les éléments afin de le créer. Pour Augur, ces paris ouverts aideront à établir de meilleures prévisions concernant la politique, la finance mais aussi la météo.

-
- © -

Des garde-fous bien fragiles

Sur le papier, il est donc possible de parier sur le prochain vainqueur de la Ligue des champions comme sur le taux de chômage médian dans le Périgord en 2032. Deux semaines après le lancement officiel d’Augur, des internautes ont choisi de parier sur des thèmes bien plus morbides. Le 23 juillet, un internaute signale l’apparition d’un pari concernant le président américain. “Donald Trump (président des Etats-Unis), sera-t-il assassiné en 2018?” peut-on lire sur une page dédiée. Un autre pari concerne l’hypothèse d’une tuerie de masse aux Etats-Unis avant la fin de l’année.

Comme le remarque le site Journal du Coin, les développeurs d’Augur avaient anticipé ce genre de dérives. Les utilisateurs peuvent voter contre un pari dans le cas où celui-ci ne leur paraît pas éthique. En cas de votes négatifs trop nombreux, le pari ne peut plus générer de gains. Mais comme le remarque le spécialiste Jameson Lopp, le code source d’Augur est public. Un ou plusieurs développeurs pourraient facilement créer une nouvelle version du système, cette fois sans garde-fou. Selon l’importance des sommes en jeu, un système comme Augur pourrait inciter les internautes à tout faire pour que leurs prédictions se réalisent, au risque de commettre le pire.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech