BFM Tech

Sur Instagram, les filtres "coronavirus" se multiplient

Des utilisateurs d'Instagram profitent des retombées médiatiques autour du virus chinois pour créer des filtres "coronavirus". La plateforme en a déjà supprimé certains.

Alors que le coronavirus chinois fait chaque jour plus de victimes - 361 morts et plus de 17.000 malades selon le dernier bilan, certains n’hésitent pas à capitaliser sur l’épidémie en créant des filtres Instagram. Sur l'application appartenant à Facebook, n’importe qui peut créer son filtre de visage grâce à une application maison appelée Spark AR. Tout le monde est ensuite libre de l'utiliser gratuitement. 

Depuis plusieurs jours, au milieu des oreilles de chien virtuelles et des effets “peau lisse” trônent une dizaine de filtres “coronavirus”. Certains permettent d'arborer un faux masque chirurgical. D'autres indiquent si l'on est "infecté" par le coronavirus, avec un résultat évidemment aléatoire.

Des filtres vivement critiqués

Sur un groupe Facebook rassemblant des dizaines de milliers de créateurs de filtres, plusieurs membres ont critiqué ces effets “coronavirus”.

“Je ne trouve pas ça correct ou drôle de penser immédiatement à exploiter un sujet similaire pour faire un filtre débile. Respectez le fait que la population chinoise souffre”, écrit un membre du groupe

Tout en étrillant le service Spark AR pour avoir validé leur publication. Dans la foulée, certains filtres ont été supprimés, probablement après une vague de signalements des membres du groupe. 

Mais lundi matin, plusieurs étaient encore accessibles avec le mot-clé "coronavirus", a pu constater BFM Tech. Ceux qui permettent d'ajouter un masque chirurgical semblent échapper à la modération.

"C’est le jeu, j’avoue avoir profité du buzz" 

Interrogé par BFM Tech, le créateur de l’un d’entre eux reconnaît avoir voulu profiter des retombées médiatiques autour du virus

“C’est le jeu, j’avoue avoir profité du buzz. Malheureusement, tous les filtres coronavirus ont été supprimés par Instagram. Un membre du groupe Facebook Spark AR Community jugeait cela irrespectueux, ce qui est totalement normal", assure Alex Tran.

Le jeune homme se réjouit tout de même de l'éphémère popularité de son filtre: il a engendré 700.000 impressions, ce qui correspond au nombre de fois où il a été vu.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech