BFM Business

Sur instagram, des influenceurs payés pour rendre la cigarette "cool"?

Des industriels du tabac auraient fait appel à des influenceurs pour rendre la clope tendance

Des industriels du tabac auraient fait appel à des influenceurs pour rendre la clope tendance - Capture d'écran Take a part

Un groupe d'influence américain, Campaign for Tobacco Free Kids, révèle que des industriels du tabac ont fait appel à des inluenceurs sur Instagram pour rendre la cigarette "cool". Une plainte a été déposée.

Hype, cool, tendance, la cigarette? C’est ce que souhaitent les industriels du tabac. Aux Etats-Unis comme en France, il est interdit de faire la promotion de la cigarette à la télévision, dans les journaux… La loi Evin du 10 janvier 1991 précise que "toute propagande ou publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac ou des produits du tabac ainsi que toute distribution gratuite sont interdites".

Pour contourner cette législation, les industriels mettraient en place des campagnes de financement en sponsorisant par exemple des contenus sur internet. Leur dernière technique? Se servir d’influenceurs sur les réseaux sociaux, a repéré le groupe d'influence américain, Campaign for Tobacco Free Kids. Après tout, si une personne peut provoquer un engouement soudain pour une robe, pourquoi ne pourrait-elle pas inciter ses abonnés à fumer?

Instagram
Instagram © Capture d'écran Instagram

Des hashtags précis

Campaign for Tobacco Free Kids ("Campagne pour des enfants sans tabac", en français) a fait appel à des chercheurs pour trouver des hashtags qui faisaient référence à des marques de cigarettes sur les réseaux sociaux, explique le New York Times. Ils sont à retrouver sur le site du projet Take a Part ("Prendre part").

#likeus aurait été sponsorisé par la British American Tobacco basée en Italie, ainsi que #aheadbr.

#nighthunters ferait référence à la campagne mené par Philip Morris Internationa (Uruguay), tout comme #redmovenow et #idecideto. 

#forthehunters aurait été sponsorisé par le Japan Tobacco International, tout comme le #staytruestayfree.

Take a part
Take a part © Take a part
Take a part
Take a part © Take a part

Certains hashtags font références aux marques: #likeus pour Lucky Strikes, par exemple. D'autres sont plus subtils avec des messages attrayants qui sont signes d'autonomie et d'indépendance: #YouDecide, #DecideTonight et #RedIsHere... 

Quelle rémunération pour les influenceurs? 

Campaign for Tobacco Free Kids a échangé avec ces fameux ambassadeurs. S'il est impossible de savoir dans le détail ce que chacun a touché en fonction des marques, un ambassadeur affirme au groupe d'influence que certains recevraient 200 euros par mois et deux cartons de cigarettes. 

Ils sont par contre tous unanimes: les industriels leur fournissent des consignes bien précises. De comment prendre les photos afin d'éviter que cela ressemble à une publicité à l'heure optimale de publication (après 18 heures). 

Plainte contre quatre industriels du tabac

Ces recherches ont conduit Campaign for Tobacco Free Kids et d’autres groupes de santé publique à déposer vendredi 24 août une pétition auprès de la Federal Trade Commission (F.T.C), une agence indépendante du gouvernement des Etats-Unis, contre quatre industriels du tabac. 

Ils accusent Philip Morris International, British American Tobacco, Japan Tobacco International et Imperial Brands d’avoir ciblé les jeunes consommateurs américains par le marketing trompeur des réseaux sociaux, en violation de la loi fédérale. La pétition demande à la FTC de mettre fin à ces pratiques.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech