BFM Tech

"Super année": quand Facebook s'excuse pour sa rétrospective

Le "Super année" de Facebook rappelait à Eric Meyer la mort de sa fille, Rebecca, à l'âge de 6 ans.

Le "Super année" de Facebook rappelait à Eric Meyer la mort de sa fille, Rebecca, à l'âge de 6 ans. - Facebook

"J'ai passé une super année! Merci d'y avoir contribué." Vous avez déjà vu ce message dans votre fil d'actualité Facebook. Vous l'avez même beaucoup vu. Le créateur de l'algorithme qui permet de générer automatiquement ce message s'est excusé, mais pour un cas bien particulier.

Vous le voyez passer dans votre fil Facebook depuis plusieurs jours déjà. Il est là, constamment, en haut de votre fil d'actualité jusqu'à ce que vous cliquiez dessus et le partagiez: l'outil "Super année" (ou "Year in Review, en version originale). Cependant, ce n'est pas pour ce matraquage que Facebook s'est excusé samedi mais pour un cas particulier, celui d'Eric Meyer.

"J'ai passé une super année!"

En 2014, Eric Meyer a perdu sa fille, emportée par un cancer du cerveau à l'âge de 6 ans. Cet Américain consultant en design n'est donc pas d'humeur à revenir sur l'année écoulée. Encore moins à dire "J'ai passé une super année!", comme inscrit par défaut au moment de partager à ses amis le "Super année". Il l'exprime sur son blog:

"Cette cruauté algorithmique par inadvertance est le résultat de code qui fonctionne dans l'écrasante majorité des cas, de rappeler aux gens la majesté de leur année, en leur montrant les selfies d'une fête, le bec de baleines depuis un voilier ou la vue du port de plaisance depuis la maison de vacances.

Pour ceux d'entre nous qui ont vécu la mort d'êtres chers, passé beaucoup de temps à l'hôpital, ont divorcé, ont perdu leur emploi ou ont vécu une de la centaine des crises possibles, nous pourrions ne pas vouloir faire un retour sur l'année écoulée.

Montrer le visage de Rebecca et dire: 'Voici ce que votre année ressemblait!' est malheureux. Ça fait mal, et provenant d'une personne réelle, il serait mal venu. Venant de code, il est juste regrettable."

"De la douleur plutôt que de la joie"

Jonathan Gheller, chef de projet "Super année" de Facebook a répondu au Washington Post qu'il avait contacté Eric Meyer et qu'il s'était personnellement excusé.

"[L'application] était génial pour un grand nombre de personnes, mais clairement, dans ce cas, nous lui avons apporté de la douleur plutôt que de la joie. […] C'est un précieux retour, nous pouvons faire mieux. Je lui suis très reconnaissant d'avoir pris le temps, malgré la douleur, pour écrire un post sur son blog."

L'équipe derrière l'application réfléchirait à son amélioration pour la prochaine fois pour prendre en compte les préoccupations d'Eric Meyer. Dans un nouveau post de blog, ce dernier raconte qu'il n'attendait pas d'excuses de Facebook.

L'algorithme développé par Facebook produit le module "Super année" de façon automatique, en se basant sur les photos les plus aimées et commentées chaque mois. Cet algorithme est très critiqué sur Internet comme le rapporte Mashable. Voici quelques exemples de critiques émises:

Marc Pédeau