BFM Business

“#sijetaitunjuif”: un hashtag antisémite en tête des recommandations Twitter

-

- - BFMTV.com

Le mot-clé, créé par une poignée d’internautes, s’est retrouvé en première position du classement français des termes les plus populaires sur le réseau social.

Quelques jours seulement après le vote de la loi Avia contre la haine en ligne, Twitter France met en avant de nombreux contenus douteux. Ce 18 mai au matin, le classement des hashtags les plus utilisés était dominé par le terme #sijetaitunjuif (sic). Et ce malgré un nombre modéré de publications - moins de 2.000 lorsque le mot-clé est arrivé en tête - et alors que la plupart des messages avaient vocation à le dénoncer. A midi, plusieurs heures après sa reprise massive, le hashtag était toujours en première position des tendances pour la France sur Twitter, avant d’être supprimé.

“Je n’ai rien contre les Juifs”

Deux premiers messages arborant ce mot-clé ont été publiés aux alentours de minuit, affichant des plaisanteries douteuses, faisant écho à la Shoah. Plusieurs comptes font alors état de leur volonté de faire grimper le hashtag #sijetaitunjuif au sommet du classement des tendances Twitter en France. Les réponses sont dans un premier temps limitées, avant de se multiplier ce lundi matin.

Contacté par BFM Tech, l’un des créateurs du hashtag - dont le compte a depuis été supprimé - affirme avoir pris l’initiative avec six amis. Face aux proportions prises par ce mot-clé, il explique que sa volonté était de publier des contenus antisémites “afin de voir si les gens allaient défendre les Juifs”.

“Nous ne pensions pas ce qu’on a dit. Nous sommes là pour défendre les Juifs et non pour les insulter, mais les gens ont suivi du mauvais côté. Je n’ai rien contre les Juifs” assure le jeune homme de 16 ans.

Vers des poursuites en justice

Si les réseaux sociaux font régulièrement face à des difficultés de modération, il est rare qu’un mot-clé aussi sulfureux soit mis en avant de cette façon. Twitter France a récemment été assigné en justice afin d’apporter davantage de transparence autour de sa stratégie de modération.

De son côté, la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) a dénoncé ce hashtag, et souhaite aller plus loin. 

“Nous sommes intervenus une fois que le mot-clé était déjà en tête des tendances, et non auparavant, pour ne pas participer à son succès. On veut également s’en servir d’exemple, pour que les gens comprennent qu’il s’agit de délit. Nous avons signalé ces propos à Twitter et comptons les signaler à la Justice” annonce l'association à BFM Tech.

La LICRA espère par ailleurs que la loi Avia pourra davantage pousser les réseaux sociaux à prendre leurs responsabilités face aux contenus haineux en ligne.

"Se pose la question de la modération sur la base des signalements faits par les internautes. Avec la loi Avia, les hébergeurs auront l’obligation de retirer les contenus en 24h. L’avenir va nous faciliter les choses, notamment grâce à un bouton unique de signalement que les plateformes devront intégrer. Charge à elles de mettre en place les moyens humains pour les traiter" rappelle la LICRA.
“Nous avons supprimé ce hashtag des tendances car il allait à l’encontre des règles de Twitter. Nous ne tolérons pas les violences, les abus, le harcèlement ou les comportements haineux. Si nous identifions des contenus allant à l’encontre de ces règles, nous prendrons des mesures en conséquences”, explique Twitter France dans un communiqué envoyé - en anglais - à BFM Tech. L’entreprise appelle également ses utilisateurs à signaler tout contenu douteux.
https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech