BFM Business

Sécurité routière : après le "mode avion", nos smartphones auront bientôt un "mode voiture"

CarPlay, d'Apple, permet, tout comme Android Auto, de limiter les fonctions du smartphone et d'en déporter directement sur les commandes du véhicule.

CarPlay, d'Apple, permet, tout comme Android Auto, de limiter les fonctions du smartphone et d'en déporter directement sur les commandes du véhicule. - -

Cause de nombreux accidents, l’utilisation de smartphones au volant est dangereuse. L’administration fédérale américaine souhaite que les fabricants de téléphones intègrent désormais un mode Conduite qui limiterait les usages possibles durant la conduite.

Après avoir produit une première série de recommandations en 2013 pour les interfaces embarquées par les constructeurs automobiles, la NHTSA (l'agence fédérale américaine en charge de la sécurité routière) s’attelle désormais à sensibiliser les fabricants de smartphones et autres appareils électroniques mobiles.

L’administration a donc produit un document officiel (PDF) de pas moins de 96 pages dont l’idée phare pourrait être résumée à la création d’un "mode Conducteur". Une sorte de croisement entre les modes "Avion" et "Ne pas déranger" de nos smartphones.

Un mode conducteur pour sauver des vies

Ce "Driver mode", qui s’activerait manuellement ou, mieux, de manière automatique, limiterait les notifications reçues, simplifierait les interfaces affichées et réduirait les fonctions accessibles. Avec un objectif, diminuer le nombre de distractions possibles. La NHTSA les catégorise en trois sections:

visuelles, celles qui obligent le conducteur à quitter la route des yeux

manuelles, quand le conducteur doit ôter une ou deux mains du volant et manipuler quelque chose

et, enfin, les distractions cognitives, quand la concentration du conducteur est détournée.

Ce nouveau mode "Conducteur" serait une sécurité supplémentaire pour les utilisateurs qui ne possèdent pas une voiture permettant la connexion d’un smartphone. La NHTSA estime en effet que la connexion du smartphone au système embarqué de la voiture devrait déjà limiter les risques – qu’il s’agisse de celui du constructeur, de CarPlay d’Apple ou d’Android Auto, de Google.

  • Car ces systèmes sont supposés se conformer à des consignes, comme le blocage des vidéos, d’images ou de graphiques sans rapport avec la conduite. Même chose pour les textes, de différentes natures.

Un besoin d'affiner les choses

Le mode Conducteur, qui doit donc être intégré par le développeur du système d’exploitation ou le fabricant de l’appareil, n’est toutefois pas une mince affaire à déployer. Outre le fait qu’il implique de revoir les interfaces, il doit être capable de se mettre en route automatiquement et de manière pertinente. L’automatisation de la mise en route ne devrait pas poser trop problème. Les smartphones sont désormais capables de détecter si vous roulez et donc de vous conseiller de ne pas les utiliser. La pertinence en revanche sera plus dure à atteindre. Comment savoir que ce n’est pas le passager qui utilise l’appareil? La NHTSA précise savoir que des technologies indiquant qui utilise le smartphone sont en cours de développement mais demandent encore d'être un peu affinées...

Un nombre croissant de morts

L’enjeu est de taille, en attendant les voitures autonomes qui transformeront toutes les personnes présentes dans un véhicule en simples passagers. A en croire la NHTSA, les smartphones tuent, et pas seulement à cause de selfies scabreux. Aux Etats-Unis, leur utilisation aurait été à l’origine de 385 accidents en 2014, qui auraient causé 404 morts. Selon les derniers chiffres, les conducteurs distraits seraient responsables de 10% des accidents mortels… Le mode "Conducteur" revêt donc un caractère d’urgence vitale, en attendant qu'on arrive à se retenir d'utiliser nos smartphones en roulant.