BFM Business

RGPD: plusieurs médias américains ne sont plus accessibles en Europe

-

- - CC, Flickr (Elmar Kriegner)

Le Chicago Tribune, le LA Times et USA Today ont capitulé face au règlement européen sur la protection des données personnelles.

L'entrée en application du règlement européen sur la protection des données personnelles, ce 25 mai, implique parfois des décisions difficiles.

Depuis ce matin, plusieurs médias américains ne peuvent plus être consultés par les internautes européens. Le Los Angeles Times ou encore le Chicago Tribune le mentionnent explicitement sur leur site.

Le média américain n'est plus accessible.
Le média américain n'est plus accessible. © LA Times.
Le Chicago Tribune.
Le Chicago Tribune. © Chicago Tribune

De son côté, le Washington Post propose un abonnement "premium" pour les utilisateurs européens, qui permet de naviguer sans être surveillé à des fins publicitaires. Dans la même veine, USA Today propose une "expérience européenne", dépourvue de toute publicité.

Le média américain a interprété le RGPD à sa façon.
Le média américain a interprété le RGPD à sa façon. © Washington Post.

Sur le site du National Public Radio (NPR), qui fait partie du service public américain, ne pas accepter les cookies revient à expérimenter une version du site pour le moins déconcertante.

La version "plain text" de NPR.
La version "plain text" de NPR. © NPR.

Le RGPD redonne aux internautes la main sur leurs données personnelles. Il exige de la part des entreprises, administrations, associations et médias, d'obtenir leur consentement pour collecter et exploiter ces informations sensibles. Or, les sites de médias utilisent des cookies qui permettent de retracer l'activité des internautes, pour leur proposer des publicités ciblées.

Le Los Angeles Times, le Chicago Tribune ou NPR ont dû estimer qu'ils étaient encore trop gourmands en données personnelles pour respecter le RGPD. Le texte est en effet dissuasif. Il prévoit des amendes plafonnées à 20 millions d'euros ou 4% du chiffre d'affaires mondial en cas de non respect de ses prérequis.

Les médias américains ne sont pas les seuls à avoir renoncé à leurs internautes européens. Le service Instapaper, un service de sauvegarde d'articles en ligne, a indiqué ne pas être en mesure de se mettre en conformité avec le texte. Plus cocasse, une marque d'ampoules connectées a signifié à son client que ses produits ne fonctionneraient plus.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech