BFM Business

Red Dead Redemption 2: les vidéos de meurtres de féministes autorisées par YouTube

-

- - YouTube (Shirrako)

Après avoir supprimé des vidéos mettant en scène des meurtres de féministes dans le jeu Red Dead Redemption 2, YouTube les juge finalement conformes à son règlement.

Après plusieurs jours de polémique, YouTube met fin au débat: la filiale de Google ne censurera pas les vidéos du youtubeur Shirrako. Publiées peu après la sortie du jeu à succès Red Dead Redemption 2 - dont l’intrigue prend place dans l’Amérique de 1899, elles mettaient en scène l’un des personnages du jeu frappant à mort une féministe, militant pour le droit de vote des femmes. Intitulée "battre une féministe agaçante", elle cumule à ce jour 1,7 million de vues et près de 20 000 commentaires.

YouTube fait marche arrière

Deux jours après la publication de la séquence, YouTube a supprimé l’intégralité des vidéos mises en ligne par Shirrako. La présence de contenus violents était alors mentionnée par la plateforme pour justifier son action. L’entreprise a également accusé le youtubeur d’incitation à la violence. Une décision relayée par le principal intéressé sur Twitter, provoquant la colère de nombreux joueurs. Quelques heures plus tard, YouTube fait marche arrière. Par le biais de l’un de ses cadres, la firme annonce que les vidéos ont de nouveau été évaluées et qu’elles ne vont finalement pas à l’encontre des règles de la plateforme.

Interrogé par le site américain Motherboard, YouTube motive sa décision: "Les règles de YouTube interdisent - entre autres - la violence gratuite, la nudité, les activités dangereuses et illégales, ainsi que les discours de haine. Des formats créatifs tels que des jeux vidéo peuvent être difficiles à évaluer mais quand un contenu franchit la ligne rouge et que nous en sommes informés, nous prenons les mesures nécessaires". Les 8000 vidéos publiées par Shirrako sont de nouveaux accessibles depuis quelques heures.

Pour les séquences évoquées plus haut, YouTube opte pour l’instauration d’une limite d’âge plutôt que pour la censure. Comme le notent nos confrères de Numerama, des vidéos titrées "Déporter un Mexicain" ou "Battre un Chinois" restent en revanche accessibles aux plus jeunes.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech