BFM Tech

Piratage : UFC-Que Choisir porte plainte contre VTech

-

- - -

À la suite du piratage de plus d'un million de comptes d'enfants français, l'association de défense des consommateurs estime que le fabricant n'a pas suffisamment protégé les données de ses clients.

Des photos d’enfants, des messages intimes, des noms et des adresses… le piratage du fabricant de jouets connectés VTech, révélé fin novembre dernier par le site Motherboard, a choqué beaucoup de familles. La France a été particulièrement touchée dans cette affaire, avec 1,17 million de comptes d'enfants et 868.650 comptes de parents dans la nature.

Face à ce désastre numérique, l’association UFC-Que Choisir a décidé de passer à l’offensive et vient de porter plainte contre l'entreprise au motif que son infrastructure technique n'était pas suffisamment sécurisée. En effet, l'auteur du piratage a expliqué qu'il avait réussi à télécharger toutes ces données par une "injection SQL", une méthode d'intrusion connue depuis longtemps et assez simple à protéger. Par ailleurs, les données stockées dans la base de données de VTech n'étaient pas chiffrées ou faiblement. "Scandalisée face à ce manque apparent de sécurisation et déterminée à ce que l'ensemble des responsabilités soit établi, l'UFC-Que Choisir dépose plainte contre VTech auprès du tribunal de grande instance de Versailles sur le fondement de l'article 226-17 du Code pénal", peut-on lire dans un communiqué de l'association.

L'article 226-17 prévoit pour le responsable d'un traitement de données à caractère personnel une peine pouvant aller jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 300.000 euros d'amende s'il n'a pas pris "toutes précautions utiles, au regard de la nature des données et des risques présentés par le traitement, pour préserver la sécurité des données et, notamment, empêcher qu'elles soient déformées, endommagées, ou que des tiers non autorisés y aient accès". C'est désormais au juge du TGI de Versailles d'apprécier la situation.

Gilbert KALLENBORN