BFM Tech

Nos smartphones "contaminent" notre vie familiale, affirme une étude

-

- - cc freestocks.org

Une chercheuse américaine a mené une étude auprès d’un petit panel d’utilisateurs de smartphones et tablettes. Elle a constaté que les usages permis par ces appareils débordent sur le temps familial et génère une certaine forme de stress et de tension.

A la maison, quand votre smartphone sonne, vous décrochez ou vous continuez d’écouter le détail (par le menu) de la journée de votre petit dernier ? Vous regardez vos mails compulsivement toutes les dix minutes ou vous faites une partie endiablée de Carcassonne avec vos enfants ? Vous envoyez des SMS ou vous restez tranquillement à profiter d’un repas en famille ? Autant de choix, pour autant de situations, que toute personne qui a un smartphone (professionnel, mais aussi personnel) a connu et vécu.

Une invasion du quotidien

Une petite étude menée aux Etats-Unis semble dire tout haut ce que beaucoup d’utilisateurs de smartphones a observé qu’ils soient actifs ou passifs. De même, qu’on parle de fumeurs passifs et actifs, on peut imaginer que l’usage des smartphones dans le milieu familial à des effets sur l’utilisateur et sur ceux qui gravitent autour de lui.

C’est ce que démontre cette étude menée par le Dr. Jenny Radesky, une chercheuse de l’Université du Michigan. Elle montre ainsi que les "communications entrantes", qu’elles proviennent du travail, des amis ou même du monde alentour en général, « contaminent » les temps de repas, les périodes de coucher ou de jeu.

Cette invasion du temps personnel a plusieurs effets dont un quasi immédiat, une augmentation de la tension nerveuse et du stress ambiants entre parents et enfants. Pour ce qui est des effets à longs termes, il est encore trop tôt pour le dire. En effet, « le fait que les parents trouvent cela émotionnellement éprouvant ne signifie pas que cela ait un effet sur le long terme », expliquait ainsi Joseph Bayer, chercheur de l’Université de l’Ohio, à CBS.

Une médaille et ses revers

Pour autant, selon Jenny Radesky, les parents utilisent les smartphones et tablettes environ trois heures par jour. Or, pendant le temps consacré à ces écrans, ils interagissent moins avec leurs enfants. Pis, ils sont davantage énervés lorsqu’un enfant essaie d’attirer leur attention pendant qu’ils utilisent ces appareils. Peut-être parce que ces appareils servent à rester en contact avec le travail, ce qui exige une certaine attention. C’est d’ailleurs un point positif soulevé par les parents de cette étude. Ces appareils mobiles permettent de travailler depuis la maison, accordant ainsi une plus grande souplesse dans l’organisation du temps. Mais ce bon côté a son revers. Il crée une forme d’anxiété. "Comment est-ce possible que j’ai six messages, 17 notifications et des SMS de personnes qui me demandent pourquoi je ne réponds pas à mon téléphone ?", indiquait ainsi une des personnes sondées.

Mais les smartphones ne servent pas uniquement au travail. Certains y voient un moyen d’échapper à l’ennui relatif que peut représenter la surveillance d’un enfant…

Comment regagner son temps

Dans tous les cas, la chercheuse donne des conseils pour les parents qui sont à la lutte pour préserver du temps déconnecté en famille.

Tout d’abord, établir des limites. On peut créer des périodes restreintes pendant lesquelles on peut utiliser ces appareils. Il est même possible de dire que les smartphones peuvent seulement être utilisés dans certaines pièces.

Ensuite, surveillez votre consommation de ces appareils mobiles et forcez-vous à moins les utiliser si vous constatez qu’ils vous prennent trop de temps. Il faut être toujours conscient qu’on les utilise et limiter les activités les plus stressantes comme la vérification des mails ou la lecture d’informations.