BFM Tech

Licenciés pour avoir critiqué leur entreprise sur Facebook

Trois employés d'un restaurant ont été licenciés après avoir créé une page Facebook dirigée contre leur employeur.

Trois employés d'un restaurant ont été licenciés après avoir créé une page Facebook dirigée contre leur employeur. - -

Trois employés d'un restaurant du Pontet (Vaucluse) ont été licenciés après avoir critiqué leur direction sur leur page personnelle.

Les déboires des trois employés débutent au mois de février.

Salariés de l'établissement « Les 3 brasseurs », Alissa, 28 ans, et ses collègues sont accusés par leur manager d'avoir volé 180 euros.

La jeune femme décidé alors de créer un groupe Facebook dans lequel elle critique la politique des 3 Brasseurs. Le groupe compte rapidement une quarantaine de membres.

Alissa explique: « J'avais marqué que je n'appréciais pas tellement le fait qu'ils essaient de tous nous monter les uns contre les autres, rien de vraiment très grave ».

La page contenait également une photo des employés dans la cuisine du restaurant avec la légende « on a volé 180 euros, maintenant on va voler tout le restaurant ». Selon Alissa, il s'agissait d'un commentaire ironique « tourné dans la dérision ».

Ecoutez son témoignage ci-dessous:

Un humour pas du goût de ses employeurs. En juillet dernier, tous les trois ont été licenciés pour « indiscrétion et divulgation d'éléments confidentiels ».

Selon Eric Demoncheaux, directeur des opérations au siège de la société, « certaines personnes ont été citées sur ce site et n'avaient certainement pas envie d'être citées. Je suis désolé, ça devient des éléments confidentiels. Je pense que là effectivement il y a une atteinte ».

Selon Gérard Haas,avocat spécialiste du droit des nouvelles technologies, dans le cas d'une page Facebook, « on est dans le cadre d'une décision qui est publique. Si les propos ne sont pas prudents, pas mesurés, alors effectivement on peut porter plainte contre cela ».

La CGT, saisie du dossier par les salariés, devrait déposer un dossier au prud'hommes et saisir la Halde d'ici à mi-spetembre.