BFM Tech

Les serveurs de Sony piratés, l'avion de son président détourné

"Dimanche, des attaques DDOS massives ont mis à mal les serveurs de jeux vidéo du Playstation Network, de Xbox Live, et de Battle.net (World of Warcraft et Diablo)" explique le site Numerama

"Dimanche, des attaques DDOS massives ont mis à mal les serveurs de jeux vidéo du Playstation Network, de Xbox Live, et de Battle.net (World of Warcraft et Diablo)" explique le site Numerama - AFP PHOTO / JOHANNES EISELE

Le réseau social Twitter a été le théâtre d'inquiétantes menaces ce week-end. Des hackers ont ainsi fait croire à un attentat à la bombe sur l'avion dans lequel se trouvait le PDG de Sony Online Entertainment, après avoir lancé des attaques informatiques de multiples fois sur les services en ligne des consoles PlayStation et Xbox.

Grosse panique chez Sony Online ce week-end. Le groupe a non seulement été victime d'une attaque de hackers sur les serveurs PlayStation Network et Sony Entertainment, faisant planter ces derniers et empêchant les joueurs de jouer en ligne, mais son président, John Smedley, a en plus de ça vu son avion détourné face à une menace d'attentat.

Un plantage général de Sony Online

Revendiquées par un groupe appelé Lizard Squad, ces attaques par déni de service (DDOS) se sont multipliées sur les services en ligne des consoles PlayStation et Xbox, visant à les saturer avec un trafic artificiellement volumineux, explique 01 Net. Les serveurs, surchargés par l'afflux soudain de trop nombreuses données, sont tombés en panne, ce qui a provoqué le ralentissement ou l'arrêt total des services de Sony.

Les pirates ont ainsi bloqués l'accès à ces services, sans toutefois pouvoir récupérer de données personnelles contrairement au piratage de PlayStation Network en avril 2011. Des millions de coordonnées bancaires d'utilisateurs de la PlayStation 3 avaient alors été dérobées. Les hackers ont ainsi semés la panique chez Sony avant de publier la menace terroriste envers l'avion de John Smedley sur Twitter.

Des explosifs à bord du vol du PDG

Le géant japonais de l'électronique, certes habitué aux attaques informatiques, fait pourtant rarement face à des attaques terroristes aussi directes. Sous le pseudonyme @LizardSquad, les responsables ont d'abord publié un tweet adressé à John Smedley dans lequel figurait une copie de son billet d'avion, un certain vol 362 d'American Airlines reliant Dallas à San Diego. La provocation s'est intensifiée ensuite avec la publication d'un deuxième tweet, adressé cette fois à la compagnie, indiquant que l'avion en question "contient des explosifs à bord" et qu'il valait mieux pour eux qu'ils "vérifient les soutes". 

Une menace prise très sérieusement par American Airlines, à qui le FBI a ordonné de détourner l'avion vers Phoenix. Une opération inédite qui promet d'être saisie par la justice américaine.

L'information a été confirmée par le principal intéressé qui écrivait sur Twitter, au moment où il ignorait ce qu'il se passait : «Génial. Mon vol a été dérouté vers Phoenix pour des questions de sécurité.» Puis quelques heures plus tard : «Oui, mon avion a bien été dérouté. Je n'en dirai pas plus. La justice trouvera ces gars».

Des pirates soit-disant jihadistes

Les pirates de Lizard Squad multiplient depuis les revendications sur le réseau social : "Aujourd'hui nous avons planté le drapeau de l'Etat islamique sur les réseaux de Sony", ont-ils déclarés, accompagnant le message d'une photo d'un homme portant un drapeau de l'EEIL (Etat Islamique en Irak et au Levant).

 Une guerre entre hackers

Cependant, un autre hacker nommé @Famegod sur Twitter aurait contre toute attente revendiqué être le véritable auteur des attaques informatiques sur Sony, d'après Numerama. En guise de vengeance, il aurait publié la liste des adresses IP utilisées par Lizard Squad, faisant la joie du FBI. C'est l'histoire de l'arroseur arrosé.

Emma Derome