BFM Tech

Le Wi-Fi gratuit enfin disponible dans le TGV Paris-Lyon

-

- - 01net.com

Le service, baptisé TGV Connect, sera disponible dès jeudi. Puis étendu à la plupart des lignes TGV d’ici la fin 2017.

Enfin. Les passagers des TGV entre Paris et Lyon disposeront d'une connexion gratuite au Wi-Fi à bord des trains à partir de jeudi, et la majeure partie des lignes à grande vitesse françaises en sera équipé d'ici fin 2017.

"Dès le 15 décembre 2016, la SNCF offre une connexion internet gratuite à tous ses clients de la ligne TGV Paris-Lyon", a annoncé l'entreprise dans un communiqué. "D'ici fin 2017, ce sont 80% des voyageurs TGV qui pourront ainsi profiter de TGV Connect", nom donné à ce service, assure la compagnie ferroviaire, qui précise que "plusieurs lignes TGV proposeront progressivement le service TGV Connect à tous leurs clients en 2017: Bordeaux, Lille, Strasbourg, Rennes, Marseille. Les villes desservies sur le parcours seront également reliées et connectées".

D'importants défis techniques à relever

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, avait affirmé début 2015 que le réseau ferroviaire français serait connecté à internet fin 2016. La SNCF explique avoir dû "(relever) des défis techniques importants pour proposer une connexion Internet à 300 km/h".

Il a ainsi fallu "procéder, en partenariat avec tous les opérateurs et l'Arcep (le gendarme des télécoms, NDLR), à un renforcement des réseaux télécom. Plus de 103 antennes supplémentaires ont été installées par Orange entre Paris et Lyon pour assurer une bande-passante continue".

D'autre part, "ce déploiement a nécessité un travail considérable des ateliers du matériel, avec notamment l'installation de 124 kilomètres de fibre optique et 18.000 antennes sur l'ensemble des rames; ce qui permettra à des centaines de personnes de se connecter en même temps", ajoute la SNCF. "A la fin de l'année 2017, 300 rames seront équipées d'un système permettant de capter les réseaux opérateurs pour proposer un service internet à 300 km/h sur tout le réseau TGV".

La rédaction avec AFP