BFM Tech

Le Venezuela rend obligatoire le petro, la cryptomonnaie nationale,  pour acheter son passeport

Le petro, la cryptomonnaie nationale indexée sur le prix du baril de pétrole, sera obligatoire pour acquérir un titre d'identité. Décalée de plusieurs mois, sa date de lancement officielle a finalement été fixée au 5 novembre.

Le Venezuela adopte une politique volontariste pour faire accepter sa cryptomonnaie nationale. Le petro, dévoilé en grande pompe en début d'année, sera rendu obligatoire pour l'achat de passeports. L'annonce a été faite par Delcy Rodriguez, la vice-présidente vénézuélienne, lors d'une conférence de presse, le 5 octobre.

Le prix de l'opération a été fixé à deux petros, soir 7200 bolivars (cent euros). Cela équivaut à quatre fois le salaire minimum mensuel, note Bloomberg, qui y voit un moyen de limiter les déplacements des vénézuéliens à l'étranger. Le simple renouvellement reviendra, lui, à un petro, soit une cinquantaine d'euros. 

Dans le pays, le manque de matériel et la corruption généralisée ont rendu rares les documents officiels. Les Vénézuéliens peuvent donc passer plusieurs jours à patienter dans une file d'attente, dans l'espoir qu'un passeport leur soit délivré. 

Le petro lancé le 5 novembre

L'achat de passeports en petro sera rendue obligatoire dès la date de lancement de cette cryptomonnaie, officialisée la semaine passée par le président vénézuélien Nicolas Maduro. Après huit mois d'attente, cette même date a été fixée au 5 novembre. 

La cryptomonnaie a été créée pour contrer l'hyperinflation rampante dans le pays. Elle est censée s'appuyer sur des réserves de pétrole et de minéraux, pour ne pas dépendre du dollar. Particulièrement décriée, elle devrait malgré tout être utilisée comme référence pour indexer le salaire minimum du pays. Après avoir été le premier pays à lancer une cryptomonnaie, le Venezuela réalise un second tour de force : obliger ses citoyens à y recourir.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech