BFM Business

Le FBI force un suspect à déverrouiller son iPhone X avec son visage

-

- - JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Dans le cadre d'une affaire de pédopornographie, les autorités américaines ont forcé un suspect à présenter son visage pour déverrouiller son iPhone X. Une première.

La situation était jusque-là inédite. Aux Etats-Unis, des policiers ont intimé un homme de déverrouiller son iPhone X avec son visage pour activer Face ID, la technologie de reconnaissance faciale d'Apple, révèle Forbes.

Le 10 août, à Columbus dans l’Ohio, le FBI fouille la maison d’un homme de 28 ans, à la recherche d'images pédopornographiques. Les policiers ont un mandat les autorisant à fouiller dans l’ordinateur du suspect. Pendant la descente, ils tombent sur son iPhone X. Les agents du FBI demandent alors au suspect de déverrouiller son appareil avec Face ID, ce qu'il accepte de faire. 

Contourner les systèmes de sécurité d'Apple

Par le passé Apple et les policiers américains se sont livrés plusieurs batailles publiques concernant l'accès au contenu des iPhone. Le cas le plus emblématique remonte à 2016, au sujet de l’iPhone d’un des deux terroristes de la fusillade de San Bernardino. Après le refus d’Apple de déverrouiller le smartphone protégé par un code, le FBI a payé des hackers au moins 1,3 million de dollars pour accéder à son contenu.

Avec la démocratisation de cette technologie sur les smartphones, les cas de déverrouillage par la police de mobiles protégés par la reconnaissance faciale pourraient se multiplier. Pour la technologie Touch ID (déverrouillage par empreintes digitales), les policiers ont dû attendre 2014 pour qu’un juge déclare que l’utilisation des empreintes des suspects était légale - contrairement au fait de forcer un suspect à livrer son mot de passe.

Par la suite, les policiers américains ont tenté d’utiliser l’empreinte digitale d’un mort pour accéder à son smartphone. Là encore, la pratique est légale selon le droit américain. Pour fonctionner, Face ID implique que l'utilisateur ait les yeux ouverts, ce qui pourrait rendre difficile l'accès aux contenus du smartphone d'un utilisateur décédé.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech