BFM Business

Le créateur d’une monnaie virtuelle écope de 20 ans de prison

-

- - -

Fermée depuis 2013, la plateforme d’échange Liberty Reserve a permis de brasser plus de 8 milliards de dollars en tout anonymat. C’était l’un des plus grands systèmes de blanchiment d’argent jamais créés.

Fin de course pour Arthur Budovsky, le co-fondateur de Liberty Reserve, la monnaie virtuelle préférée des criminels avant l’arrivée du Bitcoin. Accusé d’aide au blanchiment d’argent, l’homme a été, selon Wall Street Journal, condamné le vendredi 6 mai par un tribunal de Manhattan à 20 ans de prison et une amende de 500.000 dollars.

Créé en 2006 au Costa Rica, Liberty Reserve permettait aux pirates, aux trafiquants de drogue, aux pédophiles et autres arnaqueurs de réaliser des transactions financières sans limite et en tout anonymat. Les utilisateurs de Liberty Reserve n’étaient soumis à aucune vérification d’identité. Contrairement au Bitcoin, Liberty Reserve n'était pas une plateforme décentralisée, mais s'appuyait sur une structure de fonctionnement pyramidale.

-
- © XMCO

Plus de 8 milliards de dollars ont ainsi été brassés au travers de 5,5 millions de comptes en ligne répartis dans le monde entier. Les comptes basés aux Etats-Unis ont permis de blanchir au moins 250 millions de dollars, ce qui faisait de Liberty Reserve l’un des plus grands systèmes de blanchiment jamais créé. La plateforme a été fermée en mai 2013, dans le cadre d’une action de police internationale. Arthur Budovsky et ses partenaires ont été arrêtés peu de temps après.

Vingt ans de prison pour aide au blanchiment d’argent est une peine plutôt sévère, d’autant plus que l’accusé avait plaidé coupable. Mais les juges ont dû considérer que son état d’esprit était particulièrement retors. En 2007, M. Budovsky avait déjà été condamné à 5 ans de prison avec sursis pour la création de GoldAge, une première version de monnaie virtuelle illégale. Mais cela ne l’a pas empêché de récidiver. Il a ensuite émigré au Costa Rica pour créer Liberty Reserve tout en renonçant à sa citoyenneté américaine.