BFM Tech

Le "capacity crunch" ou comment Internet pourrait s'effondrer dès 2023

Des fibres optiques.

Des fibres optiques. - Frédéric Bisson - flickr CC

Les problèmes de l'accroissement incontrôlable des échanges de données et des dépenses énergétiques évoqués par les scientifiques britanniques concernent le Royaume-Uni, mais ils pourraient affecter la France de la même manière. Il va falloir trouver des solutions techniques innovantes ou se préparer à adapter de manière drastique notre manière de consommer Internet.

Les scientifiques britanniques en sont persuadés, Internet pourrait être confronté à moyen terme à un "capacity crunch", autrement dit un problème de capacité pour parvenir à véhiculer des flux de données toujours plus importants et ce, dès 2023. "Nous commençons à atteindre un point, dans notre labo de recherche, où nous ne pouvons plus faire passer une seule donnée supplémentaire à travers un câble optique. Le délai avant que le marché atteigne ce même point de saturation est estimé à entre six et huit ans", a expliqué au Daily Mail le professeur Andrew Ellis, de l'université d'Aston de Birmingham.

"La demande rattrape l'offre. Elle grossit et grossit encore et il est de plus en plus difficile de garder de l'avance. A moins que nous ne trouvions des idées vraiment radicales, les coûts vont augmenter de manière dramatique". En clair, les fournisseurs d'accès à Internet pourraient reporter le coût de la pose de nouveaux câbles de fibre optique sur leurs clients. Les chercheurs préviennent que les utilisateurs pourraient se retrouver avec un réseau se connectant et se déconnectant en permanence ou coûtant un prix exorbitant.

Les capacités énergétiques en question

Le deuxième problème posé par l'accroissement frénétique des échanges de données est celui de la dépense énergétique induite. "C'est un énorme problème. Si nous multiplions les fibres optiques pour satisfaire la demande, nous manquerons d'énergie dans une quinzaine d'années", prévient encore Andrew Ellis. Au Royaume-Uni, 16% de la consommation électrique est déjà liée à l'utilisation d'Internet et cette dépense double tous les quatre ans.

Comme toujours, ces prévisions pour le moins pessimistes sont contrebalancées par des visions plus confiantes en l'avenir. Ces dernières décennies, la recherche a permis de multiplier la vitesse d'Internet par 50.

D. N.