BFM Business

L'article le plus partagé sur Facebook en 2019 provient... d'une radio locale texane

-

- - Sous licence Creative Commons CC0

L'article de 119 mots concernait un homme suspecté de s'attaquer à des enfants. Facebook n'arrive pas à expliquer comment cette information locale a pu être partagée 800.000 fois.

En 2019, quel est le sujet qui a fait le plus réagir sur Facebook? Ce n’est ni le Momo Challenge, ni les gilets jaunes, ni Donald Tump. Mais une information locale venue d’une radio du Texas, partagée 806.000 fois, a repéré Slate.

Aaron Savage, 32 ans, est salarié d’un groupe de cinq radios de Central Texas. Le 27 janvier dernier, il apprend à la télévision locale qu’un homme est recherché dans la région pour trafic d’êtres humains. Aaron Savage décide de reprendre brièvement l'information: 119 mots, un lien vers l’article original. Avec pour titre "Suspecté de trafic d'êtres humains, ce prédateur d'enfants peut se trouver aux alentours". 

Facebook
Facebook © DR

Partagé 800.000 fois 

Une heure et demi après la publication de l’article, il partage le lien de son histoire sur la page Facebook de l'une des radios du groupe, US 105 FM New Country, qui compte 7.000 abonnés.

Après cela, l’article "a décollé", explique le trentenaire à Slate. Grâce à l’outil d’analyse CrowdTangle, qui appartient à Facebook, il découvre que l’article est devenu viral. En 24 heures, il devient le plus partagé de la radio. Puis le plus partagé de 2019, selon l’entreprise d’analyse NewsWhip avec plus de 800.000 publications. 

Pourquoi est-ce devenu viral? 

Comment une information locale a-t-elle pu devenir le sujet le plus partagé de 2019? Interrogé par Slate, ni NewsWhip, ni CrowdTangle, ni Facebook n’ont su donner d’explication claire. Après avoir été publié sur la page de la radio locale, l'article a été relayé par d’autres pages ayant une audience plus large, notamment la page Donald Trump Republic 2016 (69.000 likes) et Truckers Wall of Shame (109.000 likes).

L’algorithme de Facebook a souvent été critiqué pour avoir privilégié des articles au titre accrocheur, voire racoleur. Pour y remédier, le réseau social a dévoilé une mise à jour l’année dernière, destinée à mettre davantage en avant les contenus publiés par les amis et la famille ainsi que des informations publiées par "des sources fiables".

Cette histoire coche plusieurs cases: elle émane d’un organisme de presse local, a généré un grand nombre de commentaires, et a majoritairement été relayée par des anonymes. Reste à savoir combien de temps cet article gardera sa place de numéro un. 

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech