BFM Business

"Je travaille de 9 heures à 23 heures": pendant le confinement, les camgirls plus sollicitées que jamais

-

- - -

Derrière leur écran, les camgirls ont un aperçu du confinement vécu par une partie des Français. Ces femmes sont beaucoup plus sollicitées qu'avant, surtout pour discuter, preuve que la solitude pèse.

Depuis le début du confinement, Ava Moore, camgirl depuis cinq ans, ne compte plus son temps passé devant son écran. "Désormais, je travaille au moins de 9 heures à 23 heures alors qu'en temps normal, je garde mes soirées pour lire". En ce moment, la demande est plus grande. "Je ne m’en plains pas, le confinement passe plus vite!", s'amuse la trentenaire. 

Covid-19 oblige, depuis un mois, les Français sont cloîtrés chez eux. Parmi les loisirs auxquels s’adonnent les confinés, le porno a une place de choix. Si la question du pic de fréquentation des sites pornographiques suscite le débat, les camgirls ont, elles, bien remarqué une augmentation des demandes. 

Leur quotidien, confinées ou non, n’est pas de tout repos. Il faut s’apprêter et organiser des "shows privés", rendez-vous payants où les clients sont seuls face à elles pour du sexe par écrans interposés. Ou simplement pour discuter. S’ajoutent aussi les diffusions publiques en direct sur des sites spécialisés, à l’instar de Cam4. 

"Mon activité a bondi de 50%" 

"En quelques semaines, mon activité a bondi de 50%", note Ava Moore. "J’ai mes habitués, mais aussi beaucoup de nouveaux. Même les hommes mariés ou en couple n’ont pas déserté. Ils s’enferment dans leur salle de bain ou aux toilettes pour me retrouver sur Snapchat ou Skype".

Celle qui surnomme ses fans “aMoore” travaille essentiellement sur son site, mais partage aussi du contenu sur des réseaux sociaux spécialisés, comme Onlyfans. Tous les matins, elle y organise des séances de sport sexy, avant de retrouver ses clients pour des sessions privées. 

Il y a un mois encore, la journée de Knivy, une autre camgirl, s’achevait généralement sur Cam4, pour des prestations publiques. "Depuis le début du confinement, ça m’arrive moins souvent parce la demande pour des shows privés a doublé, voire triplé", observe cette ancienne cheffe de cuisine, reconvertie depuis trois ans. Ce métier est devenu son activité principale il y a un an, à cause d’un syndrome qui l’empêche de rester immobile pendant de longues périodes. Impossible donc de travailler dans la restauration, ou derrière un bureau. 

"Il y a plus de monde en journée" 

Pas question pour d’autres de changer leur routine. Il y a quatre mois, Alice a repris sa carrière de camgirl, exercée pendant cinq ans. Une manière de gagner de l’argent, tout en se dégageant du temps pour développer son entreprise. "Je n’ai jamais travaillé plus de 5 heures par jour et je gagne entre 60 et 140 euros", précise Alice. Entre le travail pour son entreprise et l’écriture d’un livre, cette trentenaire dédie quatre heures de son quotidien à la webcam. "Le soir, rien n’a changé, c’est Netflix avec mes deux chats!", sourit Alice. 

"En ce moment, il y a quand même plus de monde aux heures où les clients devraient travailler", observe l’ancienne strip-teaseuse. "Mais mon revenu n’a pas augmenté car les hommes qui ont une femme et des enfants à la maison ne se connectent plus, ou alors plus tard dans la soirée. Et comme je suis une camgirl de jour, je ne les vois pas". 

"Tout ne tourne pas autour du sexe" 

Les camgirls endossent parfois le rôle de confidentes. Encore plus pendant le confinement, où la solitude pèse. "Je reçois davantage de messages de personnes qui cherchent simplement à discuter", confirme Mymiesexy, camgirl depuis 2017. "Contrairement aux idées reçues, tout ne tourne pas autour du sexe. Certains viennent se confier, discuter de sujets de société et même de cuisine! C’est un métier de découverte de soi et des autres". C’est cette dimension sociale qui l’a attirée, même si elle conserve, à côté, son métier d’avant. 

Aux Etats-Unis, des femmes et des hommes ont allumé leur webcam dans l’espoir de gagner quelques sous. La pandémie du Covid-19 a eu raison de nombreux emplois. Mais le constat n’est pas le même en France. Cela fait déjà plusieurs années que le métier attire.

"On ne devient pas camgirl du jour au lendemain", tempère Ava Moore. "Quand on débute, il ne faut pas compter ses heures. L’argent ne tombe pas du ciel! Ça demande de la persévérance. Il faut des années de travail pour en vivre".

Mais elle comprend que certains soient attirés. “Au départ, j’ai fait de la cam pour me divertir. Rapidement, j’ai aimé la liberté que cette activité offrait et très vite, je suis devenue accro. Ça a été une révélation".

Profiter du confinement pour faire carrière? Pas si facile

Pour gagner correctement sa vie, il faut viser le juste prix. Knivy réclame 30 euros pour dix minutes de show privé. "Mais ça peut augmenter s’il y a une demande particulière pour la tenue, le vocabulaire, ou si c’est du fétichisme", précise la camgirl. "Quand j’ai commencé, j’avais un peu le syndrome de l’imposteur. Je ne savais pas quel prix demander. Je me disais est-ce que je vaux vraiment tant que ça?". L’investissement de départ est aussi à prendre en compte. "Il faut que je rentre dans mes frais! J’ai du matériel pour le son et la vidéo qui me permettent de faire des prestations en HD, sans compter les accessoires. Ça doit être rentable pour moi, sans être trop cher pour le client". 

Les femmes qui tenteraient de profiter du confinement pour faire carrière ont peu de chance de s’y retrouver. Difficile d’avoir une idée de ce que les camgirls professionnelles gagnent en un mois, il n’y a pas de contrat de travail. “Pour les shows publics, je peux me faire 10 euros comme 650 euros!”, ironise Knivy. Du côté d’Ava Moore, qui précise "payer 45% d'impôts", elle se contentera de dire qu’elle gagne “plus qu’une caissière, mais moins qu’Elon Musk”.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech