BFM Tech

Internet au secours des Philippins victimes du typhon Haiyan

Image satellite du typhon Haiyan s'approchant des Philippines le 7 novembre 2013.

Image satellite du typhon Haiyan s'approchant des Philippines le 7 novembre 2013. - -

Carte de l'avancée du cyclone, recherche des disparus, mise en relation de sinistrés et de personnes prêts à les aider... Devant la lenteur de l'aide sur place, des "geeks" ont pris en main les outils 2.0 pour porter secours aux victimes du typhon.

Alors que l'ONU a admis jeudi la lenteur de l'aide apportée aux victimes du typhon Haiyan, aux Philippines, Internet n'a pas attendu. Six jours après le passage d'un des plus puissants typhons à avoir touché terre, les initiatives en ligne se multiplient, note Le Monde.

L'ouragan Sandy, qui avait touché les Etats-Unis il y a un an, avait pour la première fois vu souffler un vent de solidarité sur le Web. Messages d'urgence des ONG et des pouvoirs publics, avancée du cyclone en live-tweets ou sur applis: les nouvelles technologies s'étaient mises au pli de l'aide d'urgence.

Cette fois, ce sont les internautes eux-mêmes qui ont pris en charge l'e-solidarité. Le site Geeklist, un réseau social à destination des développeurs, a par exemple lancé une plate-forme nommée "Typhon Haiyan - Geeklist #Hack4Good". Y sont invitées toutes les bonnes volontés afin de créer une plates-forme de crowdfunding, concevoir une carte interactive pour localiser les appels au secours ou encore rassembler les messages de personnes sur place prêtes à apporter leur aide aux sinistrés.

Rechercher un proche sur Google

Kat Borlongan, une entrepreneuse des Philipinnes, a également lancé un appel aux développeurs du monde entier pour mettre en place des outils web visant à faciliter des opérations de secours. Cofondatrice de Five by Five, une agence spécialisée dans l'open data (elle vise à "aider les organisations à innover en ouvrant leurs données"), elle a déjà reçu plus de 300 messages, à la fois de particuliers et de start-ups, indique 20 Minutes.

Google propose, lui, une page dédiée au typhon sur son site Google person finder, pour chercher ou apporter des informations sur un disparu. Depuis le lancement de ce portail, indique Le Monde, près de 75.000 formulaires en ligne ont été remplis.

M. T.