BFM Tech

Google et Facebook vont empêcher les faux sites d’information de gagner de l’argent

-

- - BRENDAN SMIALOWSKI KIMIHIRO HOSHINO / AFP

Accusées d'avoir influencé l'élection américaine en laissant de fausses informations apparaître sur leurs plateformes, les deux entreprises réagissent.

Google et Facebook ne peuvent pas empêcher complètement la propagation de fausses informations sur Internet. Mais les deux entreprises peuvent en revanche assécher les revenus publicitaires des sites qui prospèrent grâce à cette désinformation.

Facebook, et dans une moindre mesure Google, ont été accusés d’avoir contribué à l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis en laissant de fausses informations apparaître sur leurs plateformes. Les deux entreprises se sont défendues d’avoir influencé l’élection, mais ont pourtant annoncé le 14 novembre des changements qui doivent permettre diminuer la visibilité de ces faux sites d’actualité.

Qu'est-ce qui constitue un faux site d'information ?

Chez Google, il s’agit d’exclure ces publications de son incontournable plateforme AdSense, utilisée par de nombreux sites Internet pour afficher les publicités de plus de deux millions d’annonceurs et ainsi générer des revenus à chaque vue ou clic. Facebook a pour sa part mis à jour le règlement de Facebook Audience Network afin d’en exclure les sites qui diffusent de fausses informations. Ce produit concurrent d’AdSense permet à un annonceur de cibler des utilisateurs de Facebook sur d’autres sites mobile et applications.

Google et Facebook n’ont pas précisé de quelle manière ils détermineront ce qui constitue un faux site d’information. La tâche titanesque, même supervisée par des humains, passera forcément par des algorithmes, qui pourraient se tromper, comme lorsqu’ils ont pris de faux articles pour de véritables informations.

Jamal El Hassani