BFM Tech

Google accusé de profiter du coronavirus pour éjecter des applications de son Play Store

-

- - Google Play Store

Pour lutter contre la désinformation pendant la crise sanitaire, Google a décidé de n'accepter que les applications "officielles". Mais la cellule investigation de Radio France assure qu'il y a des abus. Des applications comme des jeux ont ainsi été supprimées.

Face à la crise sanitaire, Apple et Google ont réorganisé début mars leurs magasins d’application pour lutter contre la désinformation. Apple a décidé de ne valider que les applications émanant d’institutions officielles comme les gouvernements. Google a fait le même choix et a supprimé les résultats de recherche pour les mots-clés “coronavirus” ou “covid”. 

Mais certains développeurs dénoncent des abus du géant américain à la tête du système d’exploitation mobile le plus répandu au monde (Android représentait 86,7% des parts de marché en 2019 selon le cabinet IDC). L’application Podcast Addict a ainsi été éjectée du jour au lendemain du PlayStore. Elle avait simplement mis à disposition de ses deux millions et demi d’utilisateurs plusieurs contenus sur le coronavirus. 

Son administrateur a finalement réussi à obtenir gain de cause en faisant appel de cette décision et Android a présenté ses excuses, par la voix de son responsable et vice-président de Google Hiroshi Lockheimer.

De nombreux abus 

Mais la cellule investigation de Radio France assure que le problème est plus large. Plusieurs développeurs ont confié à nos confrères avoir vu leur application supprimée alors qu’il n’y avait aucune propagation de fausses nouvelles. L’un d’eux a reçu un mail indiquant:

“Les applications faisant référence ou allusion au Covid-19, sous quelque forme que ce soit, ne seront approuvées pour être distribuées par Google que si elles sont publiées, commandées ou autorisées par des organismes gouvernementaux, ou des organismes de santé publique."

Résultat, un réseau social créé par un conseiller municipal à destination des maires a été supprimé alors que l’application n’était pas officiellement lancée. “Il n’y avait donc aucun contenu Covid, ni publication qui auraient pu y faire référence” a déploré auprès de Franceinfo Médéric Degoy, conseiller municipal du village de Sournia dans les Pyrénées-Orientales.

Même constat pour une application de randonnée qui, à l'occasion du déconfinement, a ajouté une fonction qui permettait aux randonneurs de vérifier s’ils étaient toujours dans le rayon de 100 kilomètres. Google n’a pas répondu aux sollicitations de Franceinfo pour le moment. 

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech