BFM Business

Faisant le lien avec le coronavirus, des anti-5G veulent détruire des équipements téléphoniques

Une antenne 5g.

Une antenne 5g. - FABRICE COFFRINI / AFP

En Angleterre, des pylônes ont été touchés par des incendies, alors que les théories complotistes liant 5G et coronavirus se diffusent en ligne. Des salariés des opérateurs sont également sous pression.

“Vous savez que quand vous mettrez ça en route, ça va tuer tout le monde”. Sur Twitter, la vidéo d’une britannique s’adressant à un salarié de l’opérateur Community Fibre, a largement été relayée. La scène se déroule en pleine rue, dans une ville du Royaume-Uni, en période de confinement. Elle se termine par une accusation: le confinement serait un moyen de mettre à l’écart la population pour mieux installer des antennes 5G.

Théories du complot

Depuis plusieurs semaines, de nombreuses théories du complot apparaissent en ligne. Nombreuses sont celles qui évoquent l’existence d’un lien entre la 5G et la propagation du coronavirus, ainsi que son apparition à Wuhan, en Chine, où le réseau est déjà en train d’être déployé.

Malgré l’inexistence totale de lien entre les ondes électromagnétiques et le virus, et alors que l’épidémie s’étend dans de nombreuses zones totalement dépourvues d’un tel réseau, certains internautes poursuivent leur croisade anti-5G.

Toujours au Royaume-Uni, plusieurs pylônes téléphoniques ont été touchés par des incendies - notamment à Birmingham et Liverpool - au cours des derniers jours, rapporte la BBC. Des enquêtes sont ouvertes afin de déterminer si ces incendies sont criminels.

Nombreuses recherches en France

“Je suis indigné et écœuré que des gens s’attaquent à une infrastructure essentielle en période d’urgence” a réagi Stephen Powis, directeur du National Health Service (principal système de santé britannique), lors d’une conférence de presse.
-
- © -

Comme le rappelle The Guardian, Facebook a supprimé plusieurs groupes anti-5G au sein desquels les internautes étaient encouragés à se filmer en train de détruire des équipements téléphoniques, le tout dans l’idée de limiter la propagation du coronavirus.

-
- © -

En France ou Belgique, des groupes Facebook francophones comptant plusieurs milliers d’abonnés se font régulièrement le relais de théories liant 5G et coronavirus. Selon Google Trends, le mot “coronavirus” est le premier terme associé au mot “5G” en France, sur les douze derniers mois, avec une forte hausse de cette recherche au début du mois de mars.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech