BFM Tech

Facebook veut s'inspirer de la 5G pour offrir Internet à tout le monde

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook - Chandan Khanna / AFP

Facebook travaille sur l'utilisation d'ondes à très haute fréquence pour développer son projet d'Internet.org.

Depuis 2013, Mark Zuckerberg se rêve en fournisseur mondial d'accès au Web, avec son projet nommé Internet.org. Depuis, le service a été lancé dans plusieurs pays en voie de développement, non sans susciter certaines réticences concernant la neutralité du Net et la sécurisation des données.

Des menus soucis qui n'empêchent pas le géant des réseaux sociaux d'avancer. Selon le site américain The Verge, les équipes de Facebook travaillent ainsi sur une méthode de connexion utilisant des ondes millimétriques. Une technologie qui pourrait booster le développement du projet d'Internet pour tous. 

Pas besoin de grosses infrastructures

Ce type d'ondes permet d'obtenir un débit bien supérieur (jusqu'à 40 fois plus important) à ce qui existe en 4G. Elles pourraient d'ailleurs être utilisées par les opérateurs téléphoniques, lorsqu'ils proposeront la 5G à leurs clients d'ici aux années 2020. Mais elles ont aussi un inconvénient de taille. Plus la fréquence est élevée (et le débit important), plus leur portée se réduit.

Pour remédier à ce problème, Facebook les couplerait à ce qu'on appelle un réseau maillé. Contrairement aux fournisseurs d'accès tels que Orange ou Free, qui installent des antennes relais un peu partout, chaque utilisateur devrait se munir d'un boîtier par lequel pourraient transiter les données. Un matériel qui permettrait de recevoir des informations, mais également de les envoyer aux autres utilisateurs, comme autant de mailles d'un filet. Avec pour Facebook, l'avantage non négligeable de ne pas avoir à investir dans d'énormes infrastructures.

Des blocages juridiques ?

L'idée d'associer ces deux éléments (ondes millimétriques et réseau maillé) a également inspiré la start-up Starry qui lancera les premières expérimentations à Boston en mars prochain. Pas ailleurs, Google a annoncé le lancement du projet Skybender qui vise à distribuer la 5G grâce à des drones solaires, en misant là encore sur les ondes millimétriques. De son côté, Facebook n'en est qu'à la phase du dépôt de brevet. Il reste donc un long chemin avant que son projet prenne vie, si cela devait arriver.

Mais - comme Google- Facebook pourrait se heurter à une difficulté qui n'a rien de technologique. Toujours dans l'optique de la 5G, les opérateurs téléphoniques seront les premiers à vouloir acheter aux différents Etats le droit d'utiliser les ondes qui présentent le meilleur ratio débit/portée. Facebook aura alors deux options. Opter pour des fréquences qui nécessitent davantage de moyens pour être transmises, ou tenter de devancer les opérateurs, notamment dans les pays en développement. Avec son ambition de connecter chaque recoin de la planète, son projet Internet.org apporte une partie de la réponse.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech