BFM Business

Facebook et Instagram bannissent le “nationalisme blanc”

-

- - JOSH EDELSON AFP

Le réseau social annonce de nouvelles mesures pour endiguer les propos haineux. Après les suprémacistes, c’est au tour des nationalistes d’être visés par la nouvelle politique de Facebook.

Sur Facebook, la lutte contre le racisme se renforce de nouveau. Ce 27 mars, l’entreprise américaine annonce de nouvelles mesures pour faire disparaître certaines opinions jugées haineuses du réseau social. "Nous annonçons aujourd’hui le bannissement des revendications, du support et des représentations du nationalisme blanc et du séparatisme, sur Facebook comme sur Instagram", déclare la firme sur son site Web. Elle estime que ces concepts sont “profondément liés” aux groupes haineux.

Des liens entre nationalisme et suprémacisme

En cela, Facebook va plus loin que sa politique actuelle, qui interdit les propos de haine, notamment lorsqu’ils sont basés sur la couleur de peau, le sexe ou la religion. L’entreprise explique avoir échangé avec des experts sur le sujet durant plusieurs semaines. Une consultation qui lui a permis de conclure à l’existence de liens étroits entre nationalisme, séparatisme et suprémacisme.

-
- © Facebook

Afin de mieux détecter des contenus de ce type, Facebook déclare utiliser les mêmes techniques que pour lutter contre le terrorisme, basées sur l’intelligence artificielle. Par ailleurs, les utilisateurs effectuant des recherches liées à ces thèmes se verront redirigés vers le site de l’association Life After Hate, fondée par Arno Michaelis, un ancien suprémaciste blanc qui lutte désormais contre l’extrémisme et la violence.

D’après Facebook, cette nouvelle politique sera mise en place dès la semaine prochaine. L’entreprise ne précise pas combien de pages sont concernées par cette nouvelle modération, que ce soit sur Facebook ou sur Instagram.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech