BFM Business

Face au coronavirus, Greta Thunberg appelle à une "grève numérique"

Greta Thunberg invite à une mobilisation numérique pour le climat, afin de contourner l'interdiction des rassemblements physiques.

Greta Thunberg invite à une mobilisation numérique pour le climat, afin de contourner l'interdiction des rassemblements physiques. - JOHN THYS / AFP

La militante suédoise Greta Thunberg, instigatrice des "grèves de l’école pour le climat", a appelé mercredi à basculer vers une "grève numérique", face à la progression du nouveau coronavirus.

En cette période de pandémie, d'après la dénomination de l'OMS, les rassemblements sont vivement déconseillés. Mais la mobilisation reste possible en ligne. Ce 11 mars, sur Twitter, la militante suédoise Greta Thunberg a ainsi plaidé pour une "grève numérique" sur les réseaux sociaux, y voyant une nouvelle façon de sensibiliser le public à la cause climatique tout en évitant tout rassemblement physique. 

Une mobilisation à coup de "mots-dièse"

"Nous ne pouvons pas résoudre une crise sans la traiter comme telle et nous devons nous unir derrière les experts et la science. Cela vaut bien sûr pour toutes les crises", a décrété ce 11 mars Greta Thunberg.

"Les experts nous demandent d’éviter les grands rassemblements publics" afin de "ralentir" la propagation du virus, poursuit-elle simplement. "Je recommande donc personnellement de faire ce que disent les experts". 

La jeune femme de 17 ans, cheffe de file du mouvement "Fridays For Future" (les vendredis pour le climat), invite les militants à poster en ligne des photos d’eux frappées du mot-dièse #ClimateStrikeOnline (Grève pour le climat en ligne), chaque vendredi de manifestation. 

Dans le même temps, le gouvernement suédois a annoncé mercredi interdire les rassemblements de plus de 500 personnes dans le royaume — qui compte actuellement plus de 450 cas et un décès — suivant ainsi les recommandations de l’Agence nationale de santé publique.

E.T. avec AFP