BFM Tech

En Russie, LinkedIn a été banni de Google Play et Apple App Store

Vladimir Poutine, le 24 septembre 2015

Vladimir Poutine, le 24 septembre 2015 - Alexei Nikolsky - Ria Novosti - AFP

Le réseau social, filiale de Microsoft, a refusé de se soumettre à une loi qui oblige les fournisseurs de service à stocker localement les données personnelles des citoyens russes.

C'est fini pour LinkedIn en Russie. Selon The New York Times, les utilisateurs russes ne peuvent plus télécharger l'application mobile depuis les boutiques applicatives Google Play et Apple App Store. Suite à une décision de justice, les deux géants informatiques ont été contraints de la supprimer, ce qu'un porte-parole de LinkedIn a confirmé auprès de ReCode. En effet, une loi adoptée en 2014 oblige les fournisseurs de services de stocker localement toutes les données relatives aux citoyens russes, ce que LinkedIn – filiale de Microsoft depuis juin dernier – a refusé de faire.

Plusieurs millions d'utilisateurs impactés

Le bannissement de l'application LinkedIn fait suite au blocage du site web en novembre dernier, pour les mêmes raisons. Certes, l'accès à LinkedIn.com reste possible depuis un VPN, mais les applications mobiles avaient, depuis, beaucoup de difficultés à se connecter. La suppression pure et simple des applications vient désormais enfoncer le clou. LinkedIn compte plusieurs millions d'utilisateurs en Russie.

Le réseau social n'est pas la seule entreprise américaine à ne pas appliquer la loi russe sur le stockage des données personnelles. Beaucoup d'entreprises du web ont refusé de s'y soumettre, estimant que cela aidait le Kremlin dans la surveillance des internautes et la censure des informations. C'est la première fois que le gouvernement va jusqu'au blocage complet d'un site et de son application mobile.

La censure russe de LinkedIn fait écho à la suppression en Chine, il y a quelques jours, de l'application mobile de The New York Times de l'App Store d'Apple. Dans l'Empire du milieu, le site web était bloqué depuis 2012. Là encore, le bannissement de l'application faisait suite à une décision de justice.