BFM Tech

En Allemagne, diffuser de fausses infos pourrait coûter cher à Facebook

-

- - -

Un projet de loi allemand réclame que les réseaux sociaux soient pénalisés par de lourdes amendes s'ils laissent de fausses nouvelles en ligne.

Les législateurs allemands vont bientôt réfléchir à une loi qui permettrait de poursuivre les réseaux sociaux en cas de publication de fausses informations, a indiqué le président du groupe parlementaire des sociaux-démocrates, Thomas Oppermann, dans le journal Der Spiegel.

Avec cette loi, qui sera étudiée courant 2017, les réseaux sociaux seraient contraints de créer des bureaux locaux chargés de répondre à des demandes de particuliers ou de services publics de retrait de fausses informations. Les sites comme Facebook, Twitter et consorts seraient alors responsables et pourraient être soumis à une amende si cette fausse information reste en ligne.

Une responsabilité sociale

"Si 24 heures après sa demande, un plaignant remarque que Facebook n’a pas supprimé la fausse information de ses pages, le site s’expose à de lourdes pénalités pouvant atteindre 500.000 euros", a ainsi expliqué Thomas Oppermann.

D’après les services secrets allemands, la Russie pourrait en effet tenter de miner les prochaines élections fédérales en se servant de bots pour répandre de fausses informations sur les réseaux sociaux, comme elle l’a fait, d’après les Etats-Unis, pour déstabiliser Hillary Clinton lors des dernières élections présidentielles américaines.

Pour les législateurs, dont certains ont même appelé à la "criminalisation de la diffusion de fausses nouvelles", cette loi pourrait en partie les protéger de ces fausses informations. "Une entreprise qui gagne des millions grâce à Internet a aussi une responsabilité sociale", a insisté Hans-Georg Maassen, chef du renseignement allemand.