BFM Tech

Dénigrement sur Facebook: la justice confirme les licenciements

-

- - -

Le conseil des prud'hommes de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) a confirmé vendredi le licenciement de deux salariés qui avaient critiqué leur hiérarchie sur Facebook.

Le conseil des prud'hommes de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) a confirmé vendredi le licenciement de deux salariés qui avaient critiqué leur hiérarchie sur le réseau social Facebook.

En 2008, trois salariés de l'entreprise Alten (conseil en informatique) avaient entamé une discussion, par messages interposés, sur leur page Facebook. Ils y avaient critiqué leur hiérarchie et se plaignaient de leur condition dans l'entreprise. Mais un de leurs collègues, connecté à ce moment là, avait lu l'échange. Il avait alors réalisé une capture d'écran et l'avait transmise à l'employeur.
Les trois salariés mécontents avaient été licenciés pour « incitation à la rébellion et dénigrement de l'entreprise ». L'un d'eux avait néanmoins renoncé à contester en justice sa mise à l'écart.

Les prud'hommes ont estimé vendredi que le licenciement était fondé, indiquant que « la page mentionnant les propos incriminés constitue un moyen de preuve licite du caractère bien-fondé du licenciement ». Alors que les anciens employés estimaient qu'une discussion sur Facebook relevait de la vie privée, la justice a considéré au contraire que l'entreprise n'avait pas « violé la vie privée de ses salariés », les propos ayant été échangés « sur un site social ouvert ».