BFM Tech

Cet homme a imprimé un pistolet mitrailleur en 3D à son domicile

-

- - Capture YouTube

Un menuisier américain a réalisé sa propre arme à feu semi-automatique, composée à 95 % de plastique. Une production maison qui n'a rien d'illégale.

L’impression 3D d’armes à feu continue de progresser. Un menuisier américain qui se fait appeler Derwood vient de créer, tranquillement chez lui, un pistolet mitrailleur imprimé en 3D. Et il a posté sur YouTube une vidéo qui démontre son fonctionnement.

Baptisée Shuty-MP1, cette arme à feu n’est pas entièrement imprimé en 3D. Les parties les plus complexes ou qui doivent résister à la chaleur sont en métal : le canon, le chien, le percuteur et divers ressorts et boulons. Ces parties métalliques représentent environ 5 % de la totalité de l'objet et ont été achetées en toute légalité dans un magasin spécialisé. Mais tout le reste est en plastique, réalisé sur une imprimante 3D semi-professionnelle (Fusion 306). Ci-dessous, une vidéo montre le montage du pistolet, pièce par pièce. "C’est simple, mais ça marche. Le pistolet tire vachement bien", explique Derwood auprès de Wired.

arme sans aucun numéro de série. En revanche, les autorités américaines interdisent la publication les plans de construction, c’est-à-dire les fichiers 3D. Ce que Derwood ne fera pas (heureusement). Et même si les plans se retrouvaient dans la nature, il estime que les criminels ne seraient pas intéressés. Le pistolet ne permet pas un usage sur la durée car les parties en plastique ont alors tendance à fondre. "Si vous continuez à tirer, il ne fonctionnera plus", souligne-t-il.

D'autres ont déjà fait des expérimentations

Derwood n'est pas le premier à expérimenter l'impression 3D d'armes à feu. En 2013, le cryptoanarchiste Cody Wilson a créé le "Liberator", un pistolet presque totalement en plastique. Il avait également créé un site permettant le partage de plans de construction, mais qui a été fermé par les autorités américaines. En 2014, la société Solid Concepts a présenté, de son côté, les premiers pistolets imprimés en métal, par des équipements professionnels.

La législation sur l'impression 3D d'armes à feu est encore assez balbutiante. En France, rien ne défend, à priori, d'imprimer un pistolet en 3D. Il faut néanmoins la déclarer et obtenir une autorisation de détention. En Grande-Bretagne, l'impression 3D d'armes à feu a été interdite fin 2013. Aux Etats-Unis, elle est autorisée à condition que l'arme contienne des parties métalliques pour qu'elle reste détectable aux rayons X.