BFM Tech

Brexit: des trolls ont fait gonfler le nombre de signataires d'une pétition en ligne

-

- - Wikimedia

Trois millions de Britanniques se seraient prononcés en faveur d'un 2e référendum outre-Manche. Enfin, peut-être. On soupçonne des plaisantins de 4Chan d'avoir voté des milliers de fois grâce à des bots.

Depuis quelques semaines, une pétition en ligne sur le site du Parlement britannique réclame l’organisation d’un nouveau référendum sur la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne. Le nombre de participants à la pétition a même explosé dans la soirée du 25 juin passant de 365.483 votants à 9h21 à 2,4 millions une heure et demie plus tard. Sauf qu’il y a un hic...

-
- © -

D’après le site conservateur HeatStreet, ce chiffre de trois millions n'est pas crédible, car il a été atteint notamment grâce à des bots mis en place par des trolls du forum 4Chan. Le site, qui n'hésite pas non plus à troller de son côté, reproche par la même occasion à la BBC, premier média a avoir fait état de ce résultat hors norme, de ne pas avoir vérifié l’information avant de la relayer.

Il fournit diverses captures d’écran témoignant de la mise en place de bots et des messages indiquant qu’il y a bien eu "supercherie", plusieurs intervenants du forum se vantant d’avoir pris part à l'affaire. L’un d’eux évoque les "50.000 signatures venant de la cité du Vatican" (qui en 2014 comptait moins de mille habitants) tandis qu’un autre se moque en expliquant que "si les responsables regardent les adresses IP des votants, ils verront des internautes situés en Corée du Nord" (plus de 23.000 votants), alors que – normalement – seuls les citoyens britanniques et personnes habitant en Grande-Bretagne peuvent voter sur le site du gouvernement. Un troisième ironise en demandant "combien de temps avant qu’ils ne rejettent la faute sur les hackers de Poutine ?"

-
- © -

La pétition avait été lancée il y a plus d’un mois par un pro-Brexit lorsque les sondages évoquaient la possibilité d’une victoire du oui à l’Europe. Mais ce dimanche, l’homme a publié une déclaration sur Facebook pour prendre de la distance vis-à-vis de cette pétition, estimant qu'elle été "piratée et détournée de son objectif premier par les partisans du maintien dans l’UE". 

A la fin du week-end, le Parlement a lancé une enquête sur la possibilité d’une fraude. Et même si 2,5 millions de signatures venaient bien de citoyens britanniques, l’autorité a annoncé avoir retiré environ 77.000 votes "ajoutés frauduleusement". Elle a également ajouté qu’il n’y avait eu "ni piratage ni manipulation des données". Si les chiffres sont montés brutalement, c’est en raison d’un problème de mise à jour des serveurs comptabilisant le nombre de votants.