BFM Business

À Hollywood, l'intelligence artificielle utilisée pour prédire le succès des films

-

- - Sous licence Creative Commons CC0

L'industrie cinématographique aurait recours à des algorithmes capables de prévoir si le film sera un succès ou non. Mais le sujet reste encore tabou.

Pouvait-on prévoir le succès incroyable de Bienvenue chez les Ch’tis, sorti en 2008, qui a réalisé plus de 20 millions d’entrées au cinéma en France? Peut-être. Pour savoir s’il est judicieux d’investir dans un projet de film, l’industrie cinématographique place désormais sa confiance dans les algorithmes.

Une start-up de Los Angeles baptisée Cinelytic est spécialisée dans la prédiction du succès des films grâce à l’intelligence artificielle, a repéré le média américain The Verge. Son logiciel possède un avantage sur celui de ses concurrents: il propose de simuler un changement de casting - et des acteurs principaux - pour évaluer l'impact potentiel sur le box-office, donc sur les revenus financiers.

Analyse du succès potentiel d'un film
Analyse du succès potentiel d'un film © Cinelytic

L'entreprise Cinelytic n’est pas seule sur ce marché. En Belgique, ScriptBook affirme pouvoir pronostiquer le succès d’un film en analysant simplement son scénario. L'entreprise assure à The Verge que certains des “plus gros studios d’Hollywood” font partie de ses clients. Mais des accords de confidentialité lui interdiraient de citer les noms de ces prestigieux clients.

Les prédictions du box office par territoire
Les prédictions du box office par territoire © ScriptBook
Analyse des émotions par scène du scénario
Analyse des émotions par scène du scénario © ScriptBook

Une forme de "honte" à Hollywood

Les studios auraient-ils peur d'écorner leur image en avouant utiliser des algorithmes? Selon le spécialiste des données de ScriptBook, Michiel Ruelens, cette méfiance s’explique en partie par une forme de honte.

Dans l’industrie du cinéma, les producteurs jugent une oeuvre artistique. Conditionner le choix d’investir ou non dans un film aux résultats des calculs d’un algorithme est donc difficilement avouable. Mais les choses changent. En novembre 2018, la 20th Century Fox avait admis se servir de l’intelligence artificielle pour analyser le contenu des bandes-annonces, afin de définir la nature du public le plus susceptible d'être touché.

L’intelligence artificielle peut-elle vraiment tout prédire?

En dépit de leur sophistication, les algorithmes ne prennent en compte que les données qu’on leur soumet. Et c’est là que le bât blesse. The Verge cite pour exemple l’adaptation cinématographique du jeu vidéo Word of Warcraft. Aux Etats-Unis, le film n’a pas trouvé son public tandis qu’en Chine, il a réalisé d’excellentes performances au box-office. Une popularité en Asie qui n'avait pas été anticipée par les algorithmes.

Warcraft : Le Commencement
Warcraft : Le Commencement © Universal Pictures

De même, il peut paraître logique qu'un algorithme choisisse pour acteur principal Brad Pitt plutôt qu'un inconnu. Sur le papier, le film est censé attirer plus de spectateurs et donc, rapporter davantage. Il est pourtant connu que casting de rêve ne rime pas toujours avec succès. Le film RIPD: Brigade fantôme avec l'Américain Ryan Reynolds fut par exemple un échec au box-office avec moins de 78 millions de dollars recettes. Bien loin des 2,19 milliards de dollars d'Avengers: Endgame

De plus, une intelligence artificielle est incapable de prendre en compte les tendances à venir, en raison d'une base de données qui, par définition, n'est axée que sur le passé. Ce qui finit par créer des biais.

C'est exactement ce qui est arrivé au programme de recrutement d'Amazon. Toutes les candidatures de femmes aux postes techniques avaient été mises de coté par l'algorithme. Une sélection sexiste mais logique d'un point de vue technique: le programme s'appuyait sur les CV reçus sur une période de dix ans et qui émanaient pour la plupart d'hommes, reflet de la prédominance masculine dans le secteur des nouvelles technologies.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech