BFM Business

A défaut d'internautes, la Corée du Nord a désormais son Netflix

La box Manbang permettra de revoir par exemples les meilleures interventions de Kim Jong-un.

La box Manbang permettra de revoir par exemples les meilleures interventions de Kim Jong-un. - JUNG YEON-JE / AFP

Le régime nord-coréen vient de concevoir une box Internet avec un service de programmes à la demande. Il sera très difficile d’en profiter, le pays ne comptant que quelques milliers de connexions à Internet.

La Corée du Nord a désormais son Netflix. Le régime de Kim Jong-un vient d’annoncer la disponibilité d’un boîtier, comparable à une Freebox, qui permet d'accéder à un service de vidéos à la demande. Comme rapporté par NK News, c’est un reportage sur KCTV, la télévision d’Etat nord-coréenne, qui a présenté le système.

Baptisé Manbang, qu’on pourrait traduire par "partout" ou "dans toutes les directions", le service propose de regarder en direct les programmes télévisés du pays, mais aussi de profiter d’émissions en VOD. On y trouvera par exemple des contenus à la gloire du régime, mais aussi des leçons d’anglais ou de russe.

Un service limité à quelques milliers de personnes

Comme n’importe quelle box de fournisseur d’accès à Internet en France, elle se branche d’un côté au réseau, de l’autre à un téléviseur. "Si un téléspectateur veut, par exemple, regarder un documentaire animalier, il envoie une requête à l’équipement et ce dernier lui montrera la vidéo pertinente", explique très basiquement Kim Jong-min, en charge de la technologie, dans le reportage de KCTV.

Le service sera disponible seulement dans la capitale Pyongyang, mais aussi dans la ville de Sinuiju, située à la frontière chinoise. La population y a, en effet, beaucoup de mal à recevoir la télévision hertzienne à cause des perturbations causées par les ondes en provenance de la Chine.

Sans même évoquer le contrôle drastique des contenus, il reste un problème majeur pour profiter de ce service : disposer d’une connexion à Internet ! Le pays est considéré comme l’un des plus fermés du monde et l’accès au web est réservé à quelques milliers de personnes qui ne peuvent consulter qu’environ 5.000 sites.